AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 27 Avr - 23:35

Quelques jours après sa baignade forcée, Peter avait pu reprendre ses vols. Suite à la chute dans la Fresne, en douce compagnie d'une jeune musicienne, dans une chute purement accidentelle, il avait gagné un bon rhume. Bon pas assez méchant pour le coincer au lit heureusement, mais assez pour que le médecin de Sarnand ; un vrai charlatan, lui interdise le vol le temps qu'il le soigne. Et dire qu'il avait déjà voler dans des états pires que cela. A croire qu'on cherchait à bichonner les Fliegers. Il n'avait vraiment pas besoin de cela et encore moins de se ramollir... Un simple rhume et on ne vole plus ? Mais où allait-on... BOn bref, il passait sur ce genre de détail, tant qu'il pouvait encore faire ce qu'il aimait faire : voler ! Et loin des soucis classique de Montreuil et de Sarnand

Après un long et bon vol, à la grande joie de son dragon Thuban qui était content de revoler à nouveau, Peter avait terminé ses affaires en retard et dans le jour qui déclinait en ce début de fin de journée, il avair décidé de flâner sur les remparts. Personne ne venait là pratiquement à ces heures, sauf la sentinelle qui faisait sa ronde. Ou encore des pilotes qui voulaient étudier le ciel pour demain. En tout cas, pour cette heure là, il n'y avait que Peter Hessler et tant mieux...

Il fumait passivement sa cigarette, appuyé contre le haut rebord et regardait au loin. Des ragots de couloir parlait de conflots futurs... Il maugréait. Si une autre bataille se préparait, il était sûr qu'il ne serait pas du lot. Son père protestait de son attitude dans ses lettres. Partir combattre ? En clair pour lui, le pilote était fou de vouloir retourner au combat. Il avait de quoi avoir une place à Berlin. Et dans ses réponses écrites, Peter avait écrit cette fois que le devoir d'un Flieger était de combattre, comme lui avant au-dessus du Front. D'une manière respectueuse et bien tourné, mais sur lequel Peter appuyait fortement qu'il ne faisait que suivre une voie que son père avant lui avait fait. Alors pourquoi lui imposer une autre ? N'était-il pas fier de voir que le fils cherchait à reprendre le flambeau du père ? Bon indirectement Peter avait donné ce que le père voulait lire et rien de plus, pour essayer de calmer la chose... Mais par les cieux, qu'il se lassait d'entendre des batailles loin là-bas et qu'il était coincé ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Ven 30 Avr - 0:35

Heureusement pour Peter, il n'était pas le seul à s'ennuyer loin des combats. Certes, Hans-Rüdiger et Majestas ne les avaient pas quitté depuis bien longtemps, mais il enrageait déjà que Londres soit rasée sans son aide, l'Egypte attaquée loin des griffes de Majestas, les Français Libres au sud de la Libye déchiquetés par un dragon qui ne serait le sien. Mais non, il fallait qu'il soit à Sarnand !

A commander sa moitié de Staffel, d'accord.

Mais même. Il aurait pu la commander directement au combat, pourquoi fallait-il que quelques crétins pensent qu'il était jeune et avait besoin de s'entraîner un peu à l'arrière ? C'était stupide ! Quelle bande de vieux abrutis ! Les jeunes avaient la fougue, le courage, ils n'avaient pas connu la honteuse et déprimante défaite de 1918 (défaite pour les militaires, oui, car ils n'avaient pas pendu ces traitres de républicains ! C'était pourtant pas bien difficile !). Et au lieu de cela... non, on le laissait croupir à l'arrière en espérant qu'il allait rouiller et devenir aussi mou que les autres.

Il était en colère. Parfaitement outré -encore !- par la jalousie de ses aînés. Et il voulait faire la gueule en beauté, ce qui exigeait d'aller faire son solitaire dans un endroit bien... solitaire.
Comme les remparts. Qui irait trainer sur ces vieux tas de cailloux moisis made in la toute pourrie armée française de 1870 ?

Autrement dit, le jeune major ouvrit de grands yeux bruns lorsqu'il vit que le coin qu'il s'était choisi pour bouder était occupé. Puis, lorsqu'il reconnu l'un de ses hommes -de ses hommes !-, et qui plus est l'un de ceux qu'il connaissait mal puisqu'ils n'avaient pas eu l'occasion de voler ensemble depuis son arrivée, sa mauvaise humeur disparu aussi subitement qu'elle était venue. Le pas dansant, il rejoignit le Leutnant et lui adressa un sourire ravi.

"Leutnant Hessler ! Non, pas la peine de saluer, nous sommes hors service," ajouta-t-il avant même que l'officier n'ai eu le temps de lever la moitié d'un petit doigt. "J'avais entendu dire que vous étiez mal. Vous êtes vous remis ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Ven 30 Avr - 23:37

Et si la chance lui souriait pour une fois ? Et bien non... Au lieu de se retrouver en mode solitaire en train de ruminer son harrassement paternel et donc essayer d'oublie tout cela en regardant le ciel pour se retrouver plus calme par la suite, il fallut que le destin en décide autrement et fasse venir un autre officier sur les remparts. Et pas n'importe lequel... Son chef d'escadrille... Mais bon, au moins, il pourrait y avoir pire.

Peter ne le connaissait pas plus que cela. Il n'avait pas eu l'occasion de voler avec ce jeune chef. Il avait encore du mal à croire qu'on puisse mettre une responsabilité pareille sur ses frêles épaules, mais de ce qu'on entendait de lui pouvait être vrai. Après tout, il existait bien des hors-normes, comme le Dragonnier Rouge... Il grommela et pensa à autre chose... Et quand il vit cette fois l'ombre de l'officier s'approcher, il jeta sa cigarette par dessus les murs et alla pour le saluer avant que le jeune major lui dise que ce n'était pas la peine. Il était tout souriant et heureux visiblement d'avoir de la compagnie. Hessler se demandait ce qu'il allait avoir comme problème...

Aucun visiblement... Le major cherchait à avoir de la discussion avec lui...bon en avant alors. De toute manière le lieutenant n'avait rien d'autres à faire pour le moment et il pourrait se faire une idée bien plus personnel de ce jeune officier dont on parlait tant, aussi bien en mal et en bien.

"Oh cela... Rien de bien grave. Juste un rhume. Les médecins ont toujours tendance à exagérer certaines choses... D'où le fait que mon nom se retrouvait sur la liste des pilotes indispobles.."

Qu'il détestait se retrouver coincé à terre pour un rien !

"Oui je m'en suis remis. Un petit rhume n'est pas la mer à boire pour s'en guérir. "

Un petit rhume... Il avait eu de la chance de pas s'être retrouvé immergé plus longtemps dans ce foutu fleuve lors de la chute. Heureusement que le café s'était trouvé là pour lui et la musicienne.

"Et maintenant, j'attend que le temps passe pour attendre le lendemain et voir ce que je pourrais faire faire à mon dragon, pour pas qu'il s'ennuie et s'empâte. Il a besoin de se défouler un peu en ce moment..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Sam 1 Mai - 1:02

[Hans est le second de l'esca en fait. Tu peux consulter l'organigramme pour avoir toutes les infos ^^ le Staffelkapitän est Wienke.]

Le Major répondit aux plaintes du Leutnant par un hochement de tête entendu. Oui oui, les médecins aussi, c'était énervant, un peu comme les vieux qui étaient tout le temps dans ses pattes. Il compatissait largement aux malheurs de son subordonné et appréciait de le voir si enclin à retourner voler. C'était l'esprit qu'il fallait ! Dans les airs et combatif !

"Oh, pour ça, vous pouvez nous faire confiance ! Majestas adore cette guerre, le combat le passionne alors quand il est à l'arrière... il se rattrape avec des entrainements assez musclés. Il s'ennuie très facilement également et devient carrément morose si on cherche à le restreindre."

Ce que Hans-Rüdiger ne faisait jamais, car son cher Majestas avait évidemment besoin de se dépenser pour être heureux. Le dragon était un bon combattant, volontaire et pas chiant sur la nourriture, que lui demander de plus ? On ne demandait pas aux dragons d'inventer la roue ou de faire des courbettes !

"J'ose espérer que vous serez très satisfait par nos séances de demain... et que nous nous entendrons bien, évidemment. Vous êtes bien le pilote de Thuban, un Schwalbe ? J'aime beaucoup les Schwalbe, ils ne sont pas embêtants, ils font bien ce qu'on leur demande. Bon, ils manquent un peu d'endurance, surtout par rapport à Majestas, mais ne vous inquiétez pas, j'ai l'habitude de gérer ce genre de choses."

Nouveau hochement entendu. Tout le monde n'avait pas la chance d'avoir un dragon aussi fantastique que le sien, il fallait faire des efforts pour les autres ! Surtout que les Schwalbe étaient des dragons tellement courant qu'on en avait au minimum un ou deux dans chaque escadrille, si bien que les détester ne se qualifiait pas dans la série des mouvements intelligents.

"Vous êtes ici depuis longtemps ?"

Il se retint fort délicatement d'ajouter "parce que ça a l'air super chiant, quant même". On sait jamais, si ça se trouve le Leutnant aimait bien le genre ville française à deux francs cinquante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Sam 1 Mai - 23:03

[oups, je me disais que je me lourdais, ^^ Oki merci pour la remarque ^^]

La conversation aurait pu être plus courte. Peter n'avait pas vraiment penser que le major cherchait à discuter, mais au moins,c ela tourna sur les dragons et on commençait par Majestas. Qui ne connaissait pas ce dragon d'ailleurs en plus de son pilote... Presque tous les Fliegers qui écoutaient ce qui se passaient entre eux. Après l'univers les pilotes était un monde bien particulier et on finissait par entendre bein des noms des fois et celui de ce jeune officier prometteur entre parenthèse était connu. Et puis à Sarnand... Peter pouvait s'estimer heureux déjà qu'on lui fichait un peu la paix avec son ascendance mais surtout qu'il y avait cet officier. Oui il pouvait avoir la paix avec l'ombre que ce dernier lui faisait. Enfin... tant que le sujet restait dans la passion commune... Il fit un petit sourire, histoire de montrer qu'il était à l'aise. Pas trop non plus.

"Oui pour Thuban c'est bien cela. Il n'est pas difficile en effet et il peut se montrer motivé quand il s'agit de bouger. Je pense que de faire un entraînement avec un dragon tel que le vôtre ne lui fera pas de mal et il en sera même heureux. "

C'était surtout de varier les exercices pour que le dragons garde la forme et ses acquis qu'il avait eu durant sa formation. Quand on ne faisait rien, on prenait de mauvaises habitudes. Un dragon avait besoin de rester vif et alerte, donc d'entraînements continus. C'était nécessaire. Un dragon n'était pas un toutou de salon.

"Je ne doute pas un seul instant que vous saurez mener cet entraînement comme il se doit major"

Du lèche botte ? Non. Rien qu'une attitude normale. Après tout, un chef était nécessaire pour garder la répartition des dragons sur un point d'attaque non ? Chaque pilote était sensé quoi faire dès l'ordre donné. Mais il verrait bein comment cela se passerait demain....Oui demain. La première fois qu'il travaillerait dans une escadrille en entraînement, cela fait un bon moment d'ailleurs qu'il n'en avait pas fait de ce genre. Puis le sujet changeait.

"Je suis ici depuis que la France a capitulé et que Sarnand a accueilli des dragons Allemands avec ses pilotes. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Dim 2 Mai - 0:03

[Le post fait référence à la défaite aérienne de l'Afrikakorps à la frontière égyptienne, le 29 avril. CF chrono.]

Ah, merci ! Enfin un officier digne de ce nom, avec assez de cerveau pour comprendre à quel point Majestas était merveilleux ! Enfin un homme qui ne pensait pas que la prudence justifiait la lâcheté et qu'il fallait s'embêter avec des mesures de sécurité toutes plus débiles les unes que les autres ! Si toute l'escadrille était ainsi, s'en serait fini des poltrons, il les mènerai jusqu'au Caire et ils mettraient une raclée à ces Anglais qui osaient croire qu'une petite victoire aérienne sur l'Afrikakorps ferait reculer l'Allemagne... mais assurément, c'était parce qu'ils étaient tombé sur des pilotes poltrons et pusillanimes, incapables de se décider à agir assez rapidement. Hans-Rüdiger n'était pas comme ça : cette défaite ne le concernait pas, ne le poussait pas à se remettre en question.

"Aucun doute non plus, Leutnant, vous verrez, on va tous bien s'amuser !"
répondit-il avec un immense sourire avant de lui décocher un clin d'oeil et, toujours souriant, de s'adosser à la muraille pour parcourir la base du regard. Majestas dormait étendu dans le coin sud-est, le bout de la queue frétillant ; il devait sans doute rêver qu'il chassait quelque chose -mouton, vache, cheval ou dragon-. Il se réveillerait à l'heure du repas et gronderait sans doute lorsque Nobilitas se servirait. Il serait bien temps qu'on lui montre, à celle là, que dans ce pays les dragons français ne mangeaient plus les premiers. Ils n'étaient plus que des parasites bouffeur de viande, alors à quoi bon défier leurs cousins allemands ? Ne leur avait-on pas prouvé qu'ils étaient supérieurs ?

Mais le Leutnant le fit sortir de ses pensées. Hans-Rüdiger s'étrangla presque d'étonnement et d'indignation. Depuis l'armistice ? Mais ça faisait... longtemps ! Presque un an ! Qu'est-ce qu'il faisait depuis tout ce temps, il jouait aux billes ? Il s'amusait à compter toutes les pierres du château ? C'était une honte, franchement ! Alors qu'on se battait en Angleterre et en Afrique !

Von Warlau toussota, apparemment gêné. Le pilote ne méritait peut être pas d'être parqué ici, il pouvait y avoir un tas de raisons... mais tout de même ! Un an ! Comment lui demander des détails sans avoir l'air de l'agresser ou de le traiter de lâche ?

"Mais..."

Du tact, il fallait du tact !

"... il y a... une raison particulière ? Je veux dire, ça fait un moment qu'on vole au dessus de l'Angleterre, c'est pas comme s'il n'y avait pas d'occasions d'aller au combat !"


Y'avait intérêt qu'il y en ai une, en tout cas. Rudy n'aimait pas du tout les poltrons et si celui ci en était un, ils ne risquaient pas de s'entendre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Dim 2 Mai - 21:39

Peter ne fut pas étonné de la réaction de son supérieur. Qui aurait pu passer autant de temps que lui ici mis à part les feignants, les gens qui se plaisaient à ne rien faire, les punis mutés ici et les volontaires qui revenaient des campagnes plus récentes... Jusqu'à aujourd'hui, Peter se savait le seul à être dans une situation toute particulière et il ne tenait pas à en faire étalage. Mais maintenant que son supérieur lui posait la question, Hessler ne voulait pas qu'on commence à lui faire une sale réputation dans le dos. Il ne s'était jamais fait remarqué jusqu'ici pour ce qu'il était vraiment et c'était une aubaine qu'on lui fiche la paix avec cela. Mais maintenant que le major demandait ; voir exigeait presque, la raison de son temps de présence ici à Sarnand...

Il ne tenait pas à jouer les lèche-botte, il avait des soucis qui ne regardaient que lui et donc personnels. Mais maintenant.... trouver un mensonge ? Le major trouverait bien le moyen de rapidement se renseigner. Donc mauvaise idée. Il fixa un court instant son supérieur avant de regarder les nuages qui paressaient en basse altitude. Vraiment, il ne pouvait pas se passer un mois sans que son paternel intervienne indirectement dans la conversation ou ses pensées. Il manqua de le maudire. S'il n'était pas aussi intransigeant, il serait déjà au-dessus de l'Angleterre, en train de se battre, au lieu d'attendre que le temps passe ici sereinement !

"Oui il y a une raison... Quand la haute bureaucratie subit l'influence de certaines personnes pour refuser un dossier de mutation, on peut se retrouver bloqué ici. On ne pensez pas que j'ai fait une chose qui fait de moi la bête noire de la Luftwaffe. Ce n'est pas du tout cela"

Il grinça des dents. Il ne voulait pas du tout, mais pas du tout aborder le sujet. Pourtant, il le devrait bien avant de subir une autre série de question. En espérant que cela suffirait à satisfaire la curiosité de son supérieur.

" Je me retrouve un peu ici à cause de mon refus à accéder à un poste qu'on m'a offert à Berlin... Je ne voulais pas devenir un bureaucrate. Je suis un Flieger et je tiens à le rester. Je ne fais que payer le prix de mon entêtement. Voyez sans doute cela comme une lutte personnelle qui est stupide, mais j'ai mes avis sur la question. "

C'était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Lun 3 Mai - 23:47

Quoi, il était en train de dire qu'il était pédé et que comme dans la Luftwaffe on était pas très doué pour s'en débarrasser, on l'avait fichu là en attendant ? Non, il parlait d'un poste à Berlin... mais en général, à moins d'être une catastrophe planétaire, on vous laissait là où votre dragon était utile, à moins de pouvoir servir comme instructeur.
Et on ne devenait pas instructeur quand on était Leutnant.

D'un certain côté cela expliquait qu'Hessler ai encore un grade aussi bas à son âge. S'il refusait systématiquement toutes les promotions qui ne lui plaisaient pas, il ne risquait pas de faire son chemin. Tenez, prenez Rudy par exemple, est-ce qu'il rechignait, lui ? D'accord, il geignait, se plaignait, grognait, insultait quelques personnes quand on l'envoyait dans un trou du cul du monde comme Sarnand, mais il était parfaitement capable de voir sa chance et de faire de son mieux pour retourner fissa d'où il venait, mais avec la promotion entre les mains ! Fallait savoir être doué dans la vie, enfin...

Pendant qu'il pensait ça, son expression fut principalement relayée par ses sourcils. Deux sourcils levés d'abord -il n'aimait pas les pédales, elles faisaient rien qu'à vous mater sous la douche-, puis un sourcil parce que quant même, avant que les deux sourcils ne s'aplatissent et que la bouche prenne le relais pour fournir une moue un peu désobligeante.

"Sans vouloir vous vexer, vous êtes vraiment nul pour qu'on veuille vous mettre derrière un bureau ou vous..."


Ne pas rigoler, c'était pas drôle ! A la place du pauvre gars, von Warlau se serait certainement sentit misérable...

...

... il fallait quant même avoir deux pieds gauches pour se retrouver dans cette situation.

"Enfin, il doit bien y avoir une raison pour qu'ils s'entêtent à vous laisser..."
long regard éloquent, "... ici...", geste éloquent englobant la base comme on l'aurait fait d'un infâme hameau boueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 4 Mai - 20:55

Hessler ne manqua pas de constater les mouvements des sourcils de son supérieur. Il n'en était pas étonné, mais ses remarques eurent un peu le don de l'énerver. Un major qui jouait son fier. Rien qu'un coquelet qui jouait simplement au coq au fier ramage.... Il se contenta de sortir une cigarette de son paquet et se l'alluma, pour essayer de juguler cette nervosité qui lui sied par moment quand une chose lui déplaisait vraiment. Autant ne pas se faire trop mal voir du major...Mais après tout, ils n'étaient pas en service non ? Ne l'avait-il pas dit lui même ce jeunot ?

"Et sans vouloir vous manquer de respect, vous ne devriez pas vous permettre de juger des gens sur le peu qu'ils acceptent de vous raconter. J'ai pu voir à votre mine que vous aviez d'autres pensées et qui semblent être dans un sens un peu différent des explications que j'ai bien voulu vous énoncer. Si effectivement je suis seulement digne d'aller à un bureau, pourrais-je savoir pourquoi je me retrouve avec vous dans la même escadrille ? Après tout c'est tellement logique non ? "

Il s'amusa à serrer un peu les dents sur sa cigarette qui fumait doucement.

"Et aussi, je pourrais demander pourquoi vous avez été muté ici à Sarnand. Après tout, ce n'est pas un lieu qui vous permettrait de connaître des heures de gloire. Ici, on prend vite un train-train tranquille si on se plait à ne rien faire"

Pas besoin d'être un devin pour le deviner... Car un Flieger qui ne connaissait pas Hans-Rüdiger von Warlau et son Majestas était vraiment un ermite. Pour Hessler, il ne faisait aucun doute que que le jeune officier chercherait encore à vouloir monter les échelons.Il avait cru un moment que les histoires à leurs sujets n'étaient qu'images détournées par des jaloux, mais véritablement, la vérité était telle qu'on l'énonçait. Et là sur les remparts, on pourrait presque trouver deux opposés. Un qui cherchait après la gloire pour gravir les échelons et et un autre qui attendait le retour de ses "exploits", hors des portes qui pourraient s'ouvrir devant lui.

Pour toujours sur un ton neutre, qu'il avait depuis le début de cette conversation, il allait rajouter un peu d'eau à la soif du major. Sinon, il n'allait pas le lâcher et il avait déjà assez à faire pour avoir un chef qui avait des arrières pensées à son sujet. Tant pis, Hessler prendrait sur lui même si cela ne lui plaisait pas personnellement, mais si le jeunot avait idée par la suite d'aller farfouiner dans son dossier pour curiosité insatisfaite....

"Je vous ai donné déjà une partie de la réponse Major. La raison vint d'une personne qui sait jouer de son influence. Cette même personne qui aspire pour moi à des vues de haut rang. Comme je refuse de lui obéir, mes demandes de mutation, pour partir d'ici ou pour aller me battre vont chou blanc. Cela vous convient maintenant comme réponse Major ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 4 Mai - 21:15

Ben parce que des tocards, y'en avaient dans tous les escadrons, pardi ! Si on s'amusait à laisser les nuls entre eux on allait pas bien loin, il fallait bien quelques personnes douées et intelligentes pour leur sauver la mise et donner une chance de réussite aux missions. En attendant, se vanter d'être resté pendant un an dans un escadron de formation ou de réhabilitation des blessés, ce n'était pas faire preuve de l'agilité d'esprit nécessaire pour faire partie des bons qui rattrapaient les mauvais.
Autrement dit, Hans-Rüdiger ne se sentait absolument pas convaincu par l'argument.

"Mais... c'est évident !" répondit l'officier avec un enthousiasme démesuré.

Pourquoi il était à Sarnand ? Evident, en effet !

"A présent que je suis ici, nous pourrons bientôt aller au combat, mon cher ! La Die Adler manquait simplement d'officiers compétents pour la mener, prenez mon arrivée comme le signe qu'on souhaite enfin faire quelque chose de vous !"


Ceci dit, il était vexé quant même. Ce nullard n'avait aucune leçon à lui donner, la preuve, il était Leutnant et von Warlau était Major, tout en étant plus jeune ! Il était forcément plus intelligent et plus doué ! Et certainement plus intelligent que l'imbécile qui semblait vouloir se charger de la carrière du Leutnant. Ce n'était clairement pas une réussite et à ce train, l'homme avait perdu toute chance d'être General un jour. Avec beaucoup de chance, il finirait peut être Oberst mais à son âge... voilà comme les mesquineries personnelles pouvaient finir par détruire. Hans-Rüdiger ne s'en était pas embarrassé, il avait fait son devoir envers sa famille en acceptant la place de son père. Friedrich n'avait pas vu qu'il était temps qu'il prenne sa retraite et que sa blessure, en l'aidant à se retirer plus tôt de Majestas, permettrait à son fils d'être General. L'égoiste n'avait pensé qu'à ses propres médailles, pas au prestige de sa famille. La vieille génération ! Il fallait remettre tous ces gens là au placard, seule la jeunesse était assez forte !

"Non. Si votre père -ou un autre de vos parents- vous emmerde, dites lui d'aller se faire voir, vous êtes majeur, non ?"


Il fallait savoir grandir, un peu. A cela, Hans-Rüdiger ne souriait pas : il se contentait de regarder Majestas dormir, une moue presque méprisante collée sur la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 4 Mai - 21:40

Non vraiment, il était culotté de répondre qu'enfin, avec lui, l'escadrille allait tourner comme jamais elle avait tourné. Il en avait haussé un sourcil et avait manqué de trop écrasé sa cigarette entre ses dents. Il ne manquait vraiment pas de toupet. Des officiers compétents... Peter en connaissait un ou deux qui auraient eu plaisir à entendre cela de leurs oreilles. Sans doute faisait-il le beau devant un simple Lieutenant, mais il faudrait voir ensuite devant un autre supérieur, plus haut que le major. Pourtant, il sourit avec un rictus de sarcasme.

"Faire enfin quelque chose de "vous... Vous sous-entendez pour l'escadrille ou pour moi ? Non car on pourrait penser qu'on allait pas envoyer n'importe qui en effet. Après tout, pourquoi gâcher de bons officiers dans une escadrille comme la Die Adler alors qu'il y a des combats actuellement....."

A son tour d'entrer en scène. Les répliques appartenaient à tout le monde et si le major tenait à travailler Avec Hessler, il aurait intérêt à vite découvrir de quel bois il était fait. La jeunesse n'était pas celle d'autrefois visiblement. Il y avait du laisser-aller dans les montées de grades aujourd'hui. Si Peter avait accepté depuis le début le poste que lui permettait d'avoir l'influence de son père, il aurait été plus gradé que le coquelet. Mais comme il ne voulait pas jouer dans ce terrain là. Il avait sa conscience lui au moins et savait ce qu'il fallait vraiment au combat !

Par contre, à la réplique presque infantile de Von Warlau, Peter le regarda un court instant médusé, avant d'éclater de rire. Oui il éclatait bien de rire. C'était trop drôle d'entendre cela. Non vraiment trop drôle.

"Vous ne semblez pas écouter ce que je vous narre major. Je pense déjà assez lui tenir face pour cela et je le ferai encore, d'où ma présence à Sarnand pour ma pseudo-rébellion.. Mais en y pensant, comme vous êtes mon supérieur hiérarchique, peut-être que vous pourriez lui dire ces mêmes mots, ou alors dire le vrai fond de vos pensées. Je peux peut-être vous arranger un rendez-vous assez rapide. Et après, ce sera à vous de faire attention... Un mot de travers pourrait mettre un frein sérieux à votre carrière. Ou alors je pourrais m'en charger personnellement, qu'en dites-vous ? "

Qu'il se haïssait. Il n'aimait pas entrer dans ce genre de comportement, mais si cela lui permettait d'avoir la paix à l'égard de ce jeune officier, un peu trop imbu de lui-même à chaque minute qui passait... Peter commençait à mieux le cerner. L'entraînement allait être une drôle de partie de plaisir demain....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 4 Mai - 22:49

Mais il était niais ce mec ou pas ? Il venait de lui dire qu'ils allaient retourner au combat, le temps qu'on remette tout le monde en forme et... non, Hans-Rüdiger soupira et secoua la tête, lentement, en levant les yeux au ciel. Le type s'était braqué, il n'allait jamais réussir à lui faire entendre raison ! Suffisait de voir comme il devenait mesquin, comme il n'emmenait la discussion nulle part ! Il fallait calmer le jeu, faire preuve d'intelligence et de diplomatie.

"Allons, Leutnant, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! Il est évident qu'il y a de bons éléments, ici, à commencer à l'Oberstleutnant Wienke, un homme à la réputation excellente ! Mais jusqu'à présent vous n'aviez personne avec un rang suffisant pour le seconder, voilà tout. Mon arrivée est donc bien le signe que l'on entend faire de la Die Adler un vrai escadron combattant !"

Après, y'avait des bons éléments blessés, comme... pas comme Hessler, des bons éléments en entrainement, comme... pas comme Hessler non plus en fait. Oui, par "vous", il voulait peut être parler d'Hessler, même si sur le coup il n'y avait pas vraiment pensé. Mais le type était déjà assez remonté sans qu'on lui dise texto qu'il était un boulet.

Hans-Rüdiger lui adressa un petit sourire indulgent : il avait vraiment l'impression d'être face à un gamin !

"Leutnant Hessler, vous ne croyez pas que c'est à vous de régler vos problèmes familiaux pour obtenir satisfaction ? C'est votre problème, pas le mien."

Et il avait autre chose à faire. Comme danser, aller au cinéma ou tuer des anglais, dans cet ordre ou dans un autre. Pour ne rien ajouter, il n'appréciait pas du tout le ton de l'autre. Qu'est-ce qu'il croyait, qu'un planqué pouvait lui faire peur ? Que son vieillard de père qui ne pilotait plus depuis des lustres valait encore quelque chose ? Majestas avait descendu sa part de dragon sous son commandement, Hans-Rüdiger était noble et membre du Parti. Il n'avait rien à craindre d'un planqué et se sentait absolument outré que le Leutnant ose le menacer. Ce n'était pas ainsi qu'on traitait un supérieur !

"Vous êtes pitoyable, Leutnant. Les hommes de votre âge n'appellent pas leur petit papa à la rescousse quand un officier supérieur leur tape sur la main, vous savez. Ils essaient plutôt de leur prouver qu'ils ont tord en tuant des ennemis."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 4 Mai - 23:32

Voilà, il avait réussi à mettre en rogne un supérieur. Cela faisait longtemps... depuis la signature de la réddition de la France... Il ne comptait pas ceux de la Pologne. En tout cas, il se permit un léger petit sourire ironique. Intérieurement, il se sentait presque soulagé. Mais soulagé de quoi ? De passer sa rancoeur à se retrouver coincé ici ? Non plutôt de faire face de façon encore assez posée et de pas se laisser humilier par un officier qui pensait mieux savoir que tout le monde comment la vie se passait. Il n'étouffait pas encore sous le poids de son orgueil de tout réussir. Et pour la première réplique apportée à la sienne, il répondit.

"Pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt ? C'est plus argumenté comme entrée en matière. Dommage, cela arrive à un mauvais moment..."

Il tira toujours sereinement sur sa cigarette. Pourtant, ce n'était pas faute de bouillir intérieurement, de vraiment dire sa façon de penser à ce jeune arrogant. Ce n'était pas parce qu'il était major qu'il devait se croire tout permis. Hessler était prêt à respecter ses supérieurs, mais si vraiment il y avait un retour. Les Fliegers étaient déjà assez imbus d'eux-même pour en rajouter encore une couche, alors qu'ils volaient tous sous les mêmes cieux... Et tous les seconds à avoir, il fallait tomber sur lui... Autant avoir Wienke sur le dos à longueur de journée alors.

Quand Van Warlaun eut terminé son petit serment de chef, Hessler jeta sa cigarette par-dessus le rempart, suivant la même trajectoire que la première de toute à l'heure.

"Il me semble major que vous vouliez avoir les raisons de ma position. Vous vous permettez de me jeter la pierre maintenant ? Il faut savoir ce que vous voulez vraiment. Si vous souhaitez maintenant avoir des informations à mon sujet, vous avez mon dossier qui est disponible dans le bureau de Wienke, il y a tout d'écrit. Mais sachez une chose et là je vais vous manquez de respect Herr Major,mais je ne sais pas qui est le plus pitoyable de nous deux. Si c'est moi à votre point de vue ou si c'est vous en jouant plus le gamin que moi, qui joue qu'en usant de l'autorité que lui confère son grade. "

Il sortit son paquet et se reprit une autre cigarette. Il avait besoin de se calmer avant de vraiment éclater.Il l'alluma et regarda un court instant le ciel. Au moins là haut sur le dos de Thuban, il avait vraiment la paix.

"Si vous voulez un bon conseil... Apprenez à connaître vos hommes avant de les juger sur des préjugés ou des apriori..."

Le respect allait dans les deux sens. Un chef qui comprenait cela pouvait tout avoir de ses subordonnés. Hessler avait trop vu de commandants s'en prendre inutilement à leurs équipages pour une broutille inoffensives et qui avaient de surcroit des moyens de combats réduits par des hommes blasés ou moroses. Enfin... Peter ne rencontrait pas trop ce genre de soucis, puisque même s'il était pilote, il venait à donner de temps en temps un coup de main à son équipage pour préparer ou défaire le harnais de Thuban, et bien d'autres choses que les pilotes ne voulaient pas faire, par simple position. Peter en fait ne faisait pas vraiment tout comme tout le monde et souvent il le prenait dans les dents, comme là avec Von Warlau. Tant pis pour la major. Peter n'était pas comme lui et faisait ce qu'on attendait vraiment de lui, plutôt que de rechercher sa gloire personnelle et ses montées en grade. On était militaire pour se battre ou se pavaner ?

Intérieurement, il soupirait presque. Être l'un des fils d'un as réputé, ce n'était pas une sinécure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mer 5 Mai - 0:05

"Leutnant Hessler, je vous ai posé cette question en toute innocence pour faire la conversation. Vous savez : comment ça va, ce genre de choses ! Je n'y suis pour rien si vous êtes un planqué, voyez vous."

Parce que maintenant, il fallait que ce soit de sa faute ? Qu'est-ce qu'il y pouvait si Hessler était un planqué et s'il était incapable de détourner la conversation quand le sujet commençait à lui déplaire ? C'était facile d'accuser les autres, mais il fallait se regarder dans une glace, un peu ! Ce type était d'une mauvaise foi impressionnante !

"Et on dit Oberstleutnant Wienke, Leutnant," corrigea-t-il automatiquement. Lui aussi commettait parfois ce genre d'impolitesses, mais jamais inconsciemment... est-ce que Hessler s'était aussi mis à dos le dirigeant de la base ? Ce ne serait pas si surprenant s'il se conduisait comme cela avec tout le monde !

"Leutnant,"
dit-il avant de s'interrompre et de passer le bout de sa langue sur sa lèvre supérieure, légèrement pensif. Il cherchait un moyen de lui dire d'aller se faire foutre tout en lui prouvant qu'il divaguait complètement. "Est-ce que cela vous dérangerait, de vous calmer assez longtemps pour réfléchir à notre situation ? Vous m'accusez de ne pas vouloir connaitre mes hommes alors que je venais précisément faire connaissance avec vous, que vous ne m'avez jamais vu avec mon équipage, que vous n'étiez pas à mes premiers entraînements ici... est-ce que je me trompe ou êtes vous en train de me juger sur des à priori ?"

Ce type pouvait en pensait ce qu'il voulait, Hans-Rüdiger passait beaucoup de temps avec son équipage, ne serait-ce que parce qu'il était souvent avec Majestas. Il n'avait pas non plus de relations particulièrement mauvaises avec ses collègues et aimait sortir entre officiers. C'était, au fond, un grand amateur de compagnie qui détestait être seul. Cette altercation lui déplaisait particulièrement mais il ne pouvait pas permettre à un simple Leutnant de l'insulter de la sorte : il en allait de son autorité, pire, de son honneur. Si Hessler insistait pour se prendre pour ce qu'il n'était pas, très bien, il demanderait à Wienke de le mettre à pied jusqu'à ce qu'il daigne se conduire correctement. Pas question de mener au combat des pantouflards qui rechignaient à répondre aux ordres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mer 5 Mai - 0:48

Peter garda le silence, se contentant de fumer sa cigarette. Et puis zut, il en avait marre de tirer sur le tabac. Il la jeta au sol et l'écrasa du bout de sa botte. Il se permit un court rictus en coin, légèrement souriant, en entendant les paroles de son supérieur. Certes, il pouvait être de mauvaise foi, mais il ne supportait pas de se retrouver écrasé comme cela de la sorte et pour si peu, surtout parce qu'il n'était dans le sillage favorable de Von Warlau. S'il était de mauvaise foi, Le major l'était aussi. Et voir même un poil de plus. Là il remettait une couche. Autant mettre de l'huile sur le feu. Et surtout autant le traiter de lâche... Il ne l'était pas !

Hessler lui aurait vraiment dit sa façon de penser, s'il décidait cette fois-ci de prendre un peu sur lui. S'il continuait sur cette voie, il allait avoir des ennuis. Surtout que depuis le début aucun ne voulait lâcher le morceau. Il y allait forcément un des deux qui serait obligé de se rétracter et il était facile de savoir qui. La logique n'avait pas besoin de prononcer de nom.

A la remarque de ''planqué", il manqua d'en serrer le poing droit, mais s'abstint très très vite. Là pour lui c'était plus qu'une insulte. Lui un planqué ?

"Comme vous êtes en train de le faire là à l'instant me semble-t-il. Le fait que je sois ici à Sarnand depuis la capitulation française vous suffit pour souffler un mot, celui d'un pilote d'arrière-ligne qui se plait à attendre que le temps passe comme s'il était en permission de longue durée ; un planqué. Comme moi, vous ne me connaissez pas, vous ne m'avez jamais vu voler en entraînement. Alors qui juges l'autre ? Les deux que nous sommes me semble-t-il...."

Voila, lentement, c'était lui qui se rétractait. Se faire insulter de la sorte...Il préféra taire le sarcasme qui était au bord de ses lèvres. C'était ravivé un feu déjà bien assez chaud comme cela. Autant laisser tomber. Même s'il réussissait à prendre le dessus, il chuterait durement et bien douloureusement. Il rongerait sans doute son frein pendant une semaine, à chaque fois qu'il croiserait ce jeune arrogant de coquelet de major, mais si cela l'empêchait de se retrouver coincé au sol pour insubordination...Il venait déjà de passer plusieurs jours à terre pour la cause d'un rhume. C'était déjà bien assez infernal comme cela. Alors si c'était plus long encore... Il devait déclarer forfait. Pour passer pour un planqué aux yeux de ce.....Second d'escadrille ! Pour lui aussi, il en allait de son honneur non ?

"Si vous tenez à continuer cette joute verbale, je suggère de la remettre à plus tard si cela ne vous déplait pas...."

La nervosité de se savoir coincer ici, à faire que des exercices, alors que d'autres fliegers combattaient, devait l'avoir mis en rogne plus que de raisons. Il avait analysé les dires du jeune coquelet... La Die Adler partirait peut-être au combat... Hors de question qu'elle parte sans lui... Tant pis s'il devait se plier, il accuserait le coup....Il l'avait déjà fait. Il pouvait recommencer. Maintenant, il fallait s'excuser. C'était toujours difficile de se rabaisser de la sorte. Il commençait déjà à sortir une autre cigarette. Au moins cela le détendrait un peu. Mais pour les excuses... non vraiment, personnellement, il n'allais pas aimer... du tout. Il se lança avec une certaine morosité dans son esprit.

"Je pense que je vois des excuses sur mon comportements. Ne pas être au combat, cela en devient rageant. Entendre dans les dépêches que la guerre continue autre part et qu'on est là à attendre des ordres, c'est rageant. De quoi devenir aussi fou qu'un dragon qu'on a enfermé trop longtemps. Major.... excusez-moi"


Et il garda la cigarette au bout de ses lèvres, sans l'avoir du tout allumé. Il se contentait de regarder les nuages, comme tout à l'heure, avant la venue du major. Au moins, il a fait ce qu'il avait à faire. Après Von Warlau fera ce que bon lui semble. Il allait pouvoir se gausser de son autorité sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Jeu 6 Mai - 0:36

"Et bien vous n'aviez qu'à ne pas dire que vous étiez un planqué -avec d'autres mots, d'accord, mais vous l'avez dit. Si vous avez une bonne raison d'être coincé ici, il suffisait de le dire, Leutnant ! Je ne cherche absolument pas à nuire à mes hommes ou quoi que ce soit d'autre."

Parce qu'après ils faisaient la gueule et devenaient infréquentables. Or, Hans-Rüdiger aimait sortir et la compagnie. Il refuserait évidemment de faire quoi que ce soit avec un lâche de l'arrière, mais il n'avait aucune raison d'aller embêter les honnêtes soldats qui faisaient leur travail. Etait-ce de sa faute si Peter ne donnait pas cette impression ? Bien sûr que non ! Etait-ce de sa faute également si les faits tendaient à montrer que l'impression se vérifiait dans la réalité ? Encore non !

"Ceci dit, je comprends parfaitement que vous n'en soyez pas fier. Mais si vous tenez absolument à aller au combat, je vous l'ai dit ! Je pense que la Die Adler sera envoyée rapidement et il est hors de question qu'elle parte en laissant ici la moitié de ses effectifs."

Soudain, la perspective de combats à venir lui tira un vrai sourire. Il s'imaginait comme second de Staffel, la Die Adler à sa suite (étrangement, Wienke disparaissait très rapidement de l'image), fonçant droit sur un groupe d'Anglais. Comme d'habitude le film rejouait ses plus belles victoires et les condensaient en une bataille : la mâchoire de Majestas se refermait sur le cou d'un Pou, puis, alors que le petit dragon chutait comme une poupée de chiffon, la queue jaunâtre frappait la tête d'un de ses camarade, le sonnait et le poids moyen se tournait, lui décochait dans les épaules un tel coup des postérieures que les sillons sanglants luisaient de profondeur. Enfin, ils repartaient, fonçaient vers un Parnassian, une race de poids moyens anglais aussi gros que des Königin Louise. En réalité, ils lui avaient seulement bousillé une aile, à celui ci, à grand coups de grenades. Mais dans ses fantasmes, Rudy le voyait s'écraser, mort pour toujours. Il n'avait jamais su ce qui était arrivé à la bête, mais c'était une victoire dont Majestas tirait encore une grande fierté.

Réjouit par ses pensées, von Warlau donna une claque amicale dans le dos du Leutnant. Ils partiraient bientôt, oui, et il était sûr de pouvoir mener n'importe qui dans la gueule du loup.

"Vous allez voir !"
dit-il d'un ton enjoué. "C'est comme le vélo, ça s'oublie pas ! ... sauf que c'est mieux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Jeu 6 Mai - 23:03

Qu'est ce qu'il ne fallait pas faire pour se faire bien se faire voir de ses chefs.... Se laissant faire en somme... Sinon Hessler ne quitterait pas de sitôt Sarnand... Qu'il détestait agir de la sorte....Mais le pire était qu'il était une fois de plus obligé de se faire humilier par cet officier qui disait vouloir du bien pour ses hommes... Tu parles... Là encore, en l'écoutant, il tournait encore autour du pot, agissant en chef certes pour recaler les billes comme il se devait avec un subordonné qui avait fait trop de zèle, mais en clair, il disait à nouveau ouvertement que le lieutenant n'avait qu'à dire plus tôt qu'il était un planqué et que Von Warlau l'aurait compris plus tôt. En clair et là encore, le major entendait bien ce qu'il voulait entendre

*Ne pas répliquer, ne pas répliquer... Non je ne dis rien.... Sinon ca va vraiment mal finir*

Peter fit vraiment l'effort de ravaler sa rancoeur. Buté qu'il était, la raison ne serait pour personne. Il était difficile de faire le partage entre deux têtes de bûche. Deux têtus tout aussi déterminé que l'un de l'autre à avoir raison. Sauf que Peter avait la sagesse de cesser les hostilités avant. Mais là aussi il préférait taire ses rancoeurs, il aurait encore eu une remontée de colère dans la gorge. Au moins quand il changea de conversation, complètement et de façon plus joyeuse, Hessler constatait que le jeune homme aimait les excuses, en clair qu'il aimait surtput afficher sa position supérieure, autant que son grade. Non ne rien dire...

Et il réussit à taire la sourde colère qui faisait encore battre son coeur. L'accolade fut étonnante et très familière. Le major était vraiment lunatique et ne savait vraiment comment se placer sur le plan du commandement. Autoritaire et à la fois familier. Un mélange qu'il fallait parfaitement géré au risque de se faire bizarrement voir de ses troupes. Peter ne s'attarda pas plus sur la question. Après tout, ce n'était pas lui qui était le second. Il n'attendait qu'une chose : faire son travail. Il était pas Flieger pour faire du tourisme à dos de dragon.

"Je ne risque pas de l'oublier. Depuis mes derniers combats, je continue de m'entrainer avec mon dragon et mon équipage pour ne rien perdre de nos réflexes..."


Dit de façon complètement neutre et sereine. Pont d'énervement. Il faisait juste comprendre que même s'il était coincé ici, il avait déjà connu lui aussi la guerre, même si un an s'était écoulé et qu'il continuait à faire ce qu'il fallait pour ne pas perdre la main. Il n'espérait qu'une chose : que l'officier ne le prenne pas mal, au vue de ses humeurs....La machine était coupée. Plus la peine de la relancer. Après tout Hessler avait fait l'effort nécessaire pour que le major soit gagnant non ? C'était déjà bien assez pour le lieutenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Sam 8 Mai - 1:36

Oui ben y'avait intérêt à ce qu'il se soit entraîné, quant même. S'il était feignant en plus d'être un planqué fils à papa, ce serait la fin de la fin ! Manquerait plus qu'il soit myope et qu'il ai le vertige et Hessler deviendrait le fin du fin des détritus de la Luftwaffe. Mais il fallait voir ceci comme une tentative du Leutnant pour se rattraper, pour prouver sa valeur salie. N'importe quel homme avec un peu de fierté aurait réagit de la sorte. Mieux valait l'ignorer, ou mieux, se contenter d'un petit signe de la tête pour dire qu'on avait entendu, qu'on avait compris, mais qu'on avait pas spécialement envie de commenter.

Il fit un geste vague de la main, comme s'il chassait une mouche.

"Oublions ça, nous verrons à l'entraînement de demain !"

Et s'il se conduisait mal, eh bien, il aurait gagné le droit d'être définitivement le boulet du groupe, preuves à l'appui. En attendant ils pouvaient tout aussi bien faire comme si cette conversation n'avait pas eu lieu... en actes. Mais Rudy savait bien que les menaces de son subordonné ne resteraient pas oubliées. Des paroles en l'air, sans doute ! Mais qui sait s'il ne passerait pas à l'acte s'il était vraiment mauvais et que von Warlau devait critiquer ses performances ? Il ne lui faisait pas peur, certainement pas. Cela nuirait juste à l'ambiance et de toute façon, l'officier détestait ce genre de ruses vicieuses et hypocrites.

"Oui, donc... je voulais savoir si vous étiez là depuis longtemps parce qu'apparemment, il n'y pas grand chose à faire à Montreuil. Je pensais que vous pourriez me donner les bonnes adresses pour passer le temps quand nos dragons se reposent... vous ne connaitriez pas des bars un peu uppé avec de la vraie musique et des jolies filles ? Attention, pas des putes, des filles. Avec de la conversation si possible."


Il aurait bien ajouté "et aryennes et blondes et volkdeustche" mais fallait pas être trop exigeant, dans ce pays. Tant qu'elles ne sentaient pas le camembert et ne lui écrasaient pas les pieds, ça pouvait aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Dim 9 Mai - 15:56

Le sujet houleux se termina donc. Le lieutenant fut soulagé, même s'il avait encore le goût amère de la conversation avec ce jeune major. Quand on voulait voler, on devait faire des concessions. Mais Peter n'en pensait pas moins qu'un jour, le jeune officier supérieur rencontrait le mur qui lui ouvrirait les yeux, sur la réalité des choses. En clair, tout se paie un jour, tout se paie. Mais ce ne serait pas Hessler qui lui en ferait payer le prix. Il n'aimait pas se venger, même si son honneur avait été un peu bafoué. Mais s'il l'avait été vraiment ? Si le major s'était montré insultant au point d'en massacrer l'honneur de son nom et de sa famille ? Peut-être que c'était vieux jeux, mais Peter en aurait demandé réparation ; il aurait été dans son droit.

En tout cas, on verrait demain à l'entraînement, comme le disait le jeune flieger. Peter le sentait capable de trouver des trucs à redire pour mieux le rabaisser. Bon peut-être que certaines choses seraient à revoir, comme une place ou ses attaques, mais que ces critiques là soient vraiment constructives et non rabaissantes...

La demande suivante manqua de faire hausser un sourcil au lieutenant. Il demandait quoi ? Peter manqua de lever les yeux au ciel. Dire qu'il n'était pas comme les autres, à sortir pour aller dissiper son ennui dans les bars et cabarets du coin. Heureusement que certains de ses collègues avaient réussi à faire sortir Hessler de son passe-temps à "je ne sors jamais". Au moins il pourrait apporter quelques réponses pour son supérieur.

"Je connais quelques bars en effet. Il y a un cabaret assez connu ici, Avec les critères que vous me demandez, mais ne vous attendez pas complètement à avoir du Mozart. Je peux vous dire que la musique est acceptable. Mieux à ma connaissance que des bars minables de rue. Pour ce qui est des femmes qui sont en son sein, je pense que vous ne serez pas trop déçu."

Enfin, il l'espérait. Il demandait à rencontrer des dames presque à l'entendre. Disons au moins, au dernier cabaret où il s'était pointé, pour la fête d'un de ses "amis", les donzelles ne forçaient pas la main, ou du moins de façon très subtil et de façon très courtisée, comme si elles étaient un peu de haute naissance. D'apparence. Au moins, il aurait de quoi se rincer un peu les yeux le jeune coquelet.

"Je présume que vous souhaiteriez vous y rendre ce soir ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Lun 10 Mai - 23:24

Un cabaret ? Mais qu'est-ce qu'il irait faire dans un cabaret s'il voulait danser avec des filles convenables ! Tout le monde savait qu'on se rendait dans ce genre d'endroits pour se rincer l'oeil, boire, tripoter et éventuellement se payer une fille. Lui voulait danser avec de délicates fleurs aux bonnes manières, sur lesquelles tous les trains de France et de Navarre n'étaient pas encore passés et qui seraient plus éblouies par son visage que par son porte feuille !

Ceci dit, Hans-Rüdiger ne crachait pas sur les cabarets en général. Il les fréquentait assez régulièrement, tant pour une simple consommation que pour l'ensemble du menu lorsqu'il était sûr que l'endroit était propre... mais cela ne répondait pas à sa question. Donc c'était frustrant. Von Warlau n'aimait pas répéter, surtout les choses simples : cela lui donnait l'impression d'être un imbécile ou de parler à des imbéciles, ou les deux.

"Leutnant Hessler, je pensais plutôt à, disons... des endroits où on rencontre des gens. Je n'aime pas payer les femmes que je fréquente et dans un cabaret, je pense que la gratuité n'est pas de mise, n'est-ce pas ?"

En fait, il avait un faible tout particulier pour les lycéennes et étudiantes en lettres. Y avait-il quelque chose de plus sexy qu'une femme déclamant du latin, ou qui pouvait vous soûler pendant des heures avec Baudelaire ou Sartre (si l'on voulait être moderne), avant que vous ne lui disiez gentiment que ça vous passe au dessus de la tête et qu'un câlin serait plus acceptable ?

"Si vous me dites que c'est bien,"
il s'interrompit le temps de fouiller très profondément dans une de ses poches avant d'en sortir un papier très froissé, "il faudrait qu'on y aille entre amis, vous ne croyez pas ?" Stop de nouveau, cette fois pour aller chercher dans sa veste un crayon acceptable. "Après tout, vous avez raison, on s'ennuierait son on ne voyait que des filles sages. Vous pouvez me noter l'adresse ?"

Et papier et crayon se retrouvèrent sous le nez du Leutnant pendant que le Major remballait sur ses cheveux gominés son éternelle mèche rebelle.

"... mais je crains que ce ne soit pas pour ce soir. Je suis déjà sorti hier et il ne faut pas abuser des bonnes choses... ce ne serait pas sérieux, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 11 Mai - 23:02

Hessler ne doutait pas que le jeune major restait sur une position de diplomatie. Hessler avait été loin de penser pour sa part que son supérieur voulait quelque chose de plus raffinée, dans la mesure où ce n'était pas trop son genre, comme de sortir d'ailleurs tout simplement. Il n'était pas comme son frère cadet qui réussissait sa carrière à Berlin qui fréquentait la bourgeoisie... Ici certains fliegers se plaisaient à varier leurs fréquentations, en allant de temps en temps dans des cafés chics pour rencontrer des femmes en mal d'aventures romantiques et qui étaient était un peu de la haute société bourgeoise. Cela faisait tellement mieux pour un Allemand, de fréquenter ces milieux, plus encore quand on était Flieger.

"Oui tout à fait... "

Que dire d'autre ? Par contre, il manqua de serrer un peu des dents, quand Von Warlau envisageait de passer une soirée entre amis comme il le disait, un soir prochain. Pas ce soir ; c'était déjà un soulagement un peu en soi, même si indirectement, il lui avait presque proposé... Mais pas sous une forme d'invitation hein !

Le major lui tendit un papier froissé et un crayon, demandant l'adresse. Peter se permit de mettre une seconde. Puis il le lui rendit.

"Je vous ai rajouté l'adresse d'un café, qui conviendrait à vos recherches de goût. Là vous serez certains de faire des rencontres. "

Ou comment se rattraper de façon assez prompte. Pour quoi encore il allait passer sous les yeux de ce jeune coquelet.... Non vraiment, Peter n'avait pas de chance ces derniers temps. Il espérait qu'il remonterait un peu dans la réduction des ennuis.Peut-être qu'il les cherchaitun peu trop aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Sam 15 Mai - 0:39

Tellement mieux, pas tellement... tellement moins cher ? Certainement. Une femme se courtisait (ce qui était amusant en soit), mais une fois que vous l'aviez entre les doigts, vous dépensiez tout de même moins en cadeaux qu'en salaire pour une prostituée trop maquillée. Définitivement plus rentable, mais von Warlau ne s'imaginait guère partageant ce genre d'idées avec son subordonné. Hessler avait l'air un peu... pas très raffiné. Manquerait plus qu'il soit totalement francophile et ils auraient gagné le gros lot.

"Merci," dit-il cependant en reprenant le papier, peu enclin à se mettre à dos l'autre officier pour si peu. Au pire il lui suffirait d'ignorer le conseil et d'en demander d'autres, ça ne lui coûterait pas grand chose. Il plia soigneusement le billet et le fit disparaitre dans la poche d'où venait le crayon, qui y retourna d'ailleurs en même temps que la paperasse.

"Bon, maintenant que c'est fait ! Parlons de vous !"


Un grand sourire revint sur ses lèvres, toute dispute apparemment oubliée alors qu'il s'adossait à la muraille, le regard courant sur Sarnand, fréquemment de retour sur la forme jaune de Majestas. A l'ombre des arbres, l'or avait l'air encore plus fade que d'habitude -il faut dire que Majestas, pour un Goldehre, n'était pas franchement coloré. Question de lignée, parait-il, parce que sa mère n'était pas bien foncée non plus.

"Comment trouvez vous les montroises ? Vous avez une demoiselle sous le coude ? A moins que vous n'ayez déjà une femme en Allemagne !"

A l'entendre, avoir l'une et l'autre n'était pas compatible. Il faut dire que si Hans-Rüdiger était souvent un goujat avant le mariage, il prenait ce genre de voeux très au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Sam 15 Mai - 12:38

Rien de plus à dire... Le major rangea le crayon et le papier avec les deux adresses écrites dans la poche, à) leur point d'origine. Maintenant, libre à lui de les garder sous la main ou pas. Après tout, rien n'empêchait qu'il se renseigne ailleurs pour trouver lieu plus à son goût. Tant que cela ne provoquait pas encore de heurts. D'ailleurs, la conversation continuait comme si la prise de tête n'avait pas eu lieu tout à l'heure. Etait-ce par l'effort de Peter à s'être rétracté ou à la diplomatie que s'imposait Von Warlau ? Peut-être les deux à la fois. En tout cas, Peter se donnait l'effort de pas reprovoquer l'étincelle de bravade. Si cela repartait, il étiat bon pour avoir un bulletin dans son dossier, pour insurbordination envers un supérieur. Et il n'avait pas besoin de cela maintenant. La perspective de vraiment partir au combat, de servir vraiment à quelque chose réduisait maintenant l'envie de tenir tête à nouveau au second d'escadrille. Malheureusement, avec la bourde de tout à l'erreur, qui était à la faute du cinquante cinquante il fallait dire, il y avait déjà un poids dans la balance. en tout cas, la "Die Adler" ne pourrait pas se démunir de pilotes qui avaient déjà combattus. Il fallait des hommes expérimentés pour les batailles. Maintenant les adversaires avaient aussi leur lot de pilotes qui savaient se battre...

Il se retira de ses pensées et regardait son supérieur qui prenait ses aises contre le rempart, tout souriant et voulant en savoir plus sur ce pilote qui avait manqué de respect. Peter réussit à rester décontracté. Qu'allait-il encore lui demander sur lui. La réponse vint... Le sujet se porta sur les femmes. Il manqua de lever un sourcil.

"Je n'ai personne qui m'attend en Allemagne. Pour ce qui est des montroises.. Et bien..."

Autant rester dans un sujet normal de conversation. Dans un sens, il n'était pas trop porté sur ce sujet. Il était soldat avant tout, mais il ne voulait pas que son "chef" le voit d'une manière un peu détourné...

"Elles sont ce qu'elles sont.... Certaines ont une grâce qui attirent les yeux, mais elles n'ont pas le charme et la fierté que nous pouvons lire dans le regard des femmes de notre patrie. Pour moi, il y a un petit truc qui manquent chez les Françaises, pour les trouver vraiment... à notre hauteur. Sinon, pour ce qui est d'avoir une soupirante...."

La plupart de ses collègues ne se limitaient pas à une ou deux compagnes, pour se divertir et faire passer le temps. Hessler y accordait moins d'intérêt. Militaire dans l'âme comme il se plaisait à le penser... Et puis un dragon demandait énormément d'attention pour avoir du temps à consacrer à une femme... oh ce n'était pas faute d'avoir un peu essayé au début de son arrivée ici à Sarnand...Mais il n'était pas un extraverti comme ses pairs, qui aimaient à s'afficher avec de belles femmes accorchées à leurs coudes.

"Je peux dire que j'en ai point... Pourtant, je pense avoir un petit faible pour une de nos infirmière...Mais pour ce qui est de l'approcher... J'avoue ne pas oser. Je lui es quand même offert un café quand nous nous étions croisé dans un des quartiers de Montreuil"

Hessler timide ? Non, il mettait un point le coup de la timidité en avant en espérant que le major ne s'amuse pas à s'en mêler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 70
Messages : 142
Âge du personnage : 29 ans

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 18 Mai - 0:29

Exactement ! Les Allemandes ne pouvaient qu'être supérieures puisqu'elles étaient allemandes, non ? Les Françaises passaient leur temps à aguicher et à faire les belles, mais la France était réputée pour sa beauté, non pour son intelligence. Or, s'il y avait bien une chose qui envoyait des frissons partout au Major (à part les petites culottes dans les soirées de swing, seul intérêt de cette danse d'ailleurs : voir des sous vêtements féminins), c'était... les femmes intellectuelles ! Hum, du latin, du grec ancien... il fantasmait sur une femme capable de réciter un passage de la Guerre des Gaules en version originale tout en faisant l'amour.
Sans blague, ça se trouvait pas sous tous les paillassons.

"Vraiment ?" demanda von Warlau avec un intérêt renouvelé. L'interrogation ne demandait pas de réponse, c'était juste pour dire "ouais ouais, j'écoute, si si !". Sa priorité du moment était d'essayer de repérer de qui il parlait, mais il était à Sarnand depuis trop peu de temps pour connaitre les quelques infirmières du coin. Non, vraiment, il n'arrivait pas à savoir qui pouvait être l'heureuse élue.

Très bien, dans ce cas, il suffisait de demander ! Il se jeta à l'eau sans difficultés, un grand sourire aux lèvres.

"Qui est-ce, si ce n'est pas indiscret ?"

Évidemment que ce n'était pas indiscret. Si Peter ne voulait pas en parler, il n'avait qu'à dire qu'il n'avait personne en vue.

"Oh, attendez, j'ai une idée !" s'exclama le major, claquant un poing fermé sur une paume ouverte pour marquer le coup. Il se rapprocha du Leutnant et baissa la voix, même s'il n'y avait personne pour les écouter. "Vous l'invitez, moi j'invite Anna Schmidt et on va se faire un restaurant tous les quatre. Au pire, si vous voyez que ça ne marche pas, vous lui dite que c'est moi qui ai demandé qu'elle vienne, et vous ne passerez pas pour un looser ! ... mais ne le dites pas devant Anna. Je lui dirais que nous y allons en toute amitié, mais je ne voudrai pas qu'elle pense que je cours deux lapins en même temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
avatar

Messages RP : 180
Messages : 359
Âge du personnage : 31

MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   Mar 18 Mai - 21:47

Hessler se retint de se passer une main sur le visage. De ce qu'il ne voulait pas, il le subissait. Mais pleinement. Mais c'était évident que Von Warlau allait s'y intéresser ! Qu'il manquait de réflexion des fois... L'énervement y était pour quelque chose en plus. Bon maintenant que le premier pas était fait, il ne pouvait pas se rétracter. Autant aller jusqu'au bout maintenant. Sinon, il passerait vraiment pour une personne instable dans ses idées et c'était pas le moment d'en rajouter une nouvelle couche. Serrer les dents, jouer dans le même sens que le major... Si tel était le prix pour revoir un champ de bataille et sortir un peu de la torpeur de Sarnand...Et comment entrer dans ce fameux jeu...Le major cherchait déjà à savoir de qui il s'agissait.

*Bon sang...Je vais lui dire quoi moi maintenant. C'est bien ma veine tiens ! *

Surtout que des infirmières, il n'en connaissait qu'une... Louise et ce ne serait pas judicieux de la m^ler à cette histoire. A moins de faire connaissance assez rapidement avec une autre pour se sortir de ce soucis qui pourrait être vraiment ennuyeux.

"Et bien..."

Le jeune officier le précéda avant qu'il ne sorte l'excuse du genre "je préfère attendre de vous la présenter". Le major proposait une sortie en restaurant pour justement faire sa connaissance... Cela allait de mal en pire. Par les cieux, il n'allait pas pouvoir y réchapper... A moins de tomber malade. Trouver une infirmière n'allait pas être facile... Pourtant, il sourit.

"Excellente idée. de cette façon, je pourrais vraiment vous la présentez. Ce sera la surprise. Je n'avais pas songé à un restaurant pour parfaire une rencontre en ce genre"

Ou comment donner de l'importance à un officier, pour montrer que c'est lui qui arrivait à avoir les idées, des idées lumineuses surtout.

"De cette manière, comme vous le dites si bien, tout sera bien organisé et tout le monde y trouvera son compte. "

Sauf Hessler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]   

Revenir en haut Aller en bas

Et si les ennuis continuaient sur un autre pied ? [mercredi 14 mai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: L'extérieur :: Les remparts et la tour est-