AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyMer 24 Fév - 23:03

L'expression du jeune Flieger devenait de plus en plus provocatrice, et elle adorait ça. Il lui disait qu'il était capable de faire n'importe quoi de son corps pour revenir la voir. C'était beau. Mais elle ne pouvait pas le laisser faire, c'était contre toutes les valeurs qu'elle prônait ici, à Sarnand.

-Vous êtes un homme de parole, ça se voit... Mais je ne pense pas que cela soit raisonnable, promettez-moi de faire attention à vous.

Elle faillit ajouter que la vie était plus intéressante s'il en faisait partie, mais elle ne le dit pas. Elle ne savait pas comment réagir. Ce qu'elle ressentait était contraire à ses principes et depuis son agression,elle fuyait plus qu'autre chose les Allemands en uniforme. Il lui parla alors de vol, de paysages magnifiques, de sensations aériennes inoubliables. Cela devait vraiment être quelque chose d'exceptionel, c'est sûr...

-Non, je n'ai jamais volé à dos de dragon. Cela doit être merveilleux ! Ce serait avec plaisir de découvrir le ciel en votre compagnie...

Elle lui adressa son plus beau sourire, son regard plongé au plus profond des yeux du jeune Flieger. Soudain, un vacarme terrible provenant du couloir rompit le silence. Instinctivement, elle tourna la tête, surprise par le bruit. Puis elle tourna la tête vers lui avec le sourire d'un enfant. Pari perdu... Quel allait être le gage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyJeu 25 Fév - 15:12

Le cœur du jeune Flieger faisait des bonds désordonnés dans sa poitrine. Certes cette jeune femme comptait parmi les plus belles qu'il eu jamais vu, ses yeux étaient sublime mais était-ce pour ces seules raisons qu'il avait tellement envie de rester à ses côtés? Était-ce pour ses seules raisons qu'il brûlait de déposer un baiser sur les lèvres de la jeune française? Qu'il brûlait de la serrer dans ses bras?
*Himmelkreutz sakrament !! qu'est-ce qu'il m'arrive à moi ?*

-Vous êtes un homme de parole, ça se voit... Mais je ne pense pas que cela soit raisonnable, promettez-moi de faire attention à vous.
- Voici une promesse que je suis sûr de ne pas tenir, à mon corps défendant croyez le bien Fraulein...


Pas besoins de appesantir d'avantage sur les risques du métier de soldat, elle devait très bien les connaîtres. De plus, le style de Jochen n'était pas vraiment de chercher à rentrer en bon état. Ses camarades l'avaient surnommé "Trompe la mort", quel que soit le théâtre des opérations, le jeune officier impressionnait autant qu'il effrayait, bon nombre de ses camarades le tenaient pour un fou furieux bon pour l'asile...

-Non, je n'ai jamais volé à dos de dragon. Cela doit être merveilleux ! Ce serait avec plaisir de découvrir le ciel en votre compagnie...

- Alors je vous le ferait découvrir, Fraulein, et vous verrez à quel point c'est grisant...

Un sourire éclatant vint embellir le visage de la belle aux yeux d'émeraude, que Jochen n'avait toujours pas quittés. Elle était vraiment très belle cette infirmière, et gentille qui plus est... et un brin espiègle, comme lui. Il se rapprocha un peu plus d'elle, imperceptiblement sans doute.

*Embrasse la maintenant Dumkopf sinon tu t'en voudra toute ta vie !!*

Un vacarme assourdissant fit tourner la tête à la belle infirmière, brisant ainsi le magique et délicieux moment que Jochen avait passé dans les yeux de la française. Il serra le point gauche, si jamais l'abruti qui avait fait ce vacarme lui tombait entre les pattes, il gouterait de son poing valide et peut être des griffes et crocs d'Eva... voire même pire. La belle se retourna vers lui, un beau sourire enfantin aux lèvres... qui fit complètement chavirer le cœur du jeune flieger. Incapable de penser aux conséquences de son geste, il avança doucement son visage de celui de la belle française et déposa un baiser sur ses lèvres. Il ferma les yeux, goûtant de nouveau à cette sensation qu'il avait fini par oublier... combien de temps dura ce baiser, il n'en savait rien. C'est seulement quand il arrêta qu'il fini par calculer... elle avait été mariée, elle était française, lui allemand occupant, ça pouvait la mettre dans une situation plus que délicate vis à vis de ses collègues et de ses proches. Il bredouilla des excuses :

- Je... je suis désolé... je... je ne sais pas ce qu'il m'a prit...

Il s'éloigna un peu de la belle. Certes il ne regrettait pas complètement, mais il ne voulait pas la mettre dans une situation trop délicate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyJeu 25 Fév - 17:41

Les lèvres du Flieger contre les siennes électrisa l'infirmière. Elle se laissa faire, en priant que personne n'ouvre la porte de son bureau. Mais il se retira brusquement. En même temps que lui, la jeune femme pensa à la signification de cet acte. Certes, cet homme était différent, mais il appartenait au camps ennemi. Ils étaient de nature complètement opposées: elle ne supportait pas l'autorité tandis que lui était soldat, c'était une éternelle insoumise, mais les hommes en ce temps-là avaient tous les pouvoirs sur les femmes, et pour finir, elle était résistante, il était allemand. Elle ne savait pas ses opinions vis à vis de la domination allemande, sans doute y consentait-il... Elle ne savait pas quoi en penser. Pourtant, elle ne pouvait résister à la douceur de son regard. Elle déposa à son tour un baiser sur ses lèvres, mais de manière brève cette fois-ci.

-Je ne suis pas sure d'être celle que vous croyez...

Et elle ne croyait pas si bien dire. Elle se moquait de l'opinion publique, mais qu'en était-il de lui ? Cela allait peut-être lui couter sa place dans l'armée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyJeu 25 Fév - 18:22

Jochen était encore tout penaud d'avoir cédé, avec délice certes, à ses pulsions. Il n'eut pas le temps d'ajouter quoi que ce soit que la française, à son tour, déposait un baiser, bref mais un baiser quand même, sur ses lèvres. Le jeune flieger en fut tellement surpris qu'il resta figé.

-Je ne suis pas sure d'être celle que vous croyez...
- Je suis convaincu du contraire... Mais je n'ai pas envie de vous mettre dans une situation délicate dans votre travail et vis à vis de vos proche... je suis allemand occupant, à mon corps défendant certes, mais occupant quand même, vous veuve d'un homme que j'ai peut être tué lors de la campagne de France... mais je ne sais pourquoi, depuis que je suis ici, dans cette infirmerie avec vous, mon cœur n'a pas arrêté de faire des bonds désordonnés... comment dites vous déjà ? Coup de foudre?

Le jeune allemand replongea son regard dans celui de la belle française, se laissant même aller jusqu'à lui caresser la joue de sa main valide, celle blessée étant toujours "prisonnière" des compresse et des mains de sa vis à vis. S'il n'y avait pas eu cette situation, cette occupation, cette guerre, rien ne ce serait opposé à ce que Jochen tombe amoureux de la jolie infirmière. Rien ne s'y opposait vraiment, il faisait partie des forces d'occupations, il avait, théoriquement, tout les pouvoirs sur les occupés, mais Jochen avait lu bon nombre de livres qui exaltaient le libre arbitre des peuples pour être lui même convaincu que toute forme d'oppression, si terrible soit-elle, ne pouvait qu'amener une forme de résistance tout aussi violente... Jochen était fier de servir l'armée de son pays, il était fier de se battre pour lui, mais il n'était pas fier des idées véhiculées par les dirigeant de ce pays, il était dégoûté de leur doctrine, c'est en partie ce qui l'avait poussé à quitter les waffen SS, et encore plus dégoûté par l'image de la Werhmacht véhiculée aux autres pays par l'occupation, limite sans conditions, de la France.

- Si seulement nos deux pays n'étaient pas en guerre... si seulement il n'y avait ni occupant ni occupé...


Jochen s'arrêta. Si cela n'était pas arrivé, il n'aurait sans doute jamais connu cette femme... et elle n'aurait sans doute pas eu à pleurer la mort de son époux...

- Je ne peux me résoudre à vous mettre dans une situation compromettante, mais...


Il ne pu se résoudre à dire la suite... "après la guerre si vous le souhaitez..." ... quelle absurdité, il n'était même pas sûr d'y survivre à cette foutue guerre...

- ... je crois que je vous aime, Fraulein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptySam 27 Fév - 13:53

La jeune infirmière sourit, attendrie. Il semblait mettre en elle une confiance aveugle, mais malgré les apparences, elle était tout sauf innocente.

-Le coup de foudre, oui...

Elle resta pensive un moment, mais ôta doucement la main qui carressait son visage quand il lui dit qu'il l'aimait.

-Ne dîtes pas ça...

Elle se rendit compte que ses paroles l'avait peut-être surpris ou blessé, il fallait qu'ils s'expliquent tous les deux. Elle n'éprouvait aucun remord vis-à-vis de son mari, car avant de partir au front, il lui avait fait jurer de refaire sa vie s'il avait à mourir. Il aurait fait de même si la Gestapo l'avait abbatue. Il devait savoir tous les risques que représentait le fait de s'attacher à elle.

-Pardon, je... Ce n'est pas à cause de vous que je dis ça. Ce n'est pas l'opinion des autres qui me ferait reculer, je me moque de ce qu'ils pensent. De même pour mes proches, ils n'auront qu'à accepter. Quant au souvenir de mon mari, ce n'est pas ce qui m'empêche d'aimer: nous nous sommes promis mutuellement d'être heureux si l'autre venait à mourir quand la guerre à été déclarée. Il serait heureux de me voir ainsi aujourd'hui, je vous assure. Le fait d'être allemand ne compte pas, ce sont des SS qui l'ont abbatu.

Son coeur se serra l'espace de quelques secondes, la vision de son mari et la haine qu'elle nourrissait à l'égard des SS formait un drôle de mélange dans son coeur. Cependant, elle continua.

-Entrer dans ma vie représente beaucoup de choses, et je ne suis pas sûre que vous pourrez l'accepter...

Elle ne savait comment avouer son appartenance à la résistance. Le risque était qu'il partage les opinions des SS et d'Hitler, il fallait pourtant qu'il réalise que ce n'était pas une sainte. De plus, elle était un peu plus âgée que lui, les allemands s'imagineront qu'elle l'aura converti.

-Ce que je vis en ce moment n'est pas facile. Et si vous l'acceptez, on dira que je vous ai influencé et on vous considérera comme un traître à votre patrie, je ne veux pas vous attirer de tels ennuis...

En disant cela, elle avait pris sa main valide et l'avait posée sur sa taille, pour faire en sorte que les doigts du Flieger effleurent les contours de son révolver caché sous sa blouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 1 Mar - 23:25

Elle éloigna sa main de son visage. Jochen fut un peu peiné, tant de ce geste que par ce qu'il entendit par la suite... sans doute consciente de ce "malaise", la jeune infirmière entrepris de s'expliquer.

-Pardon, je... Ce n'est pas à cause de vous que je dis ça. Ce n'est pas l'opinion des autres qui me ferait reculer, je me moque de ce qu'ils pensent. De même pour mes proches, ils n'auront qu'à accepter. Quant au souvenir de mon mari, ce n'est pas ce qui m'empêche d'aimer: nous nous sommes promis mutuellement d'être heureux si l'autre venait à mourir quand la guerre à été déclarée. Il serait heureux de me voir ainsi aujourd'hui, je vous assure. Le fait d'être allemand ne compte pas, ce sont des SS qui l'ont abattu.

Les SS... Jochen avait eu raison de les quitter dès 1935, malgré tout ce qu'il avait subit comme quolibets de la part des membres de l'ordre noir. D'une il ne partageait pas leurs vues, de deux il ne se considérait pas comme un seigneur de droit racial et divin. La race, encore une nouvelle invention de ce régime de tarés...
Il avait toujours dans ses valises quelques effets qu'il avait conservé de ses six mois d'instruction chez les sbires de Himmler, mais il les conservait parce qu'il aimait leur uniforme, il avait d'ailleurs fait enlever les runes SS de ces effets.

- Entrer dans ma vie représente beaucoup de choses, et je ne suis pas sûre que vous pourrez l'accepter...
- Que voulez vous dire?

Jochen haussa un sourcil. Il se sentait près à soulever des montagnes pour cette française. Si elle lui avait demandé de se casser l'autre main, il l'aurait fait sur le champ...

-Ce que je vis en ce moment n'est pas facile. Et si vous l'acceptez, on dira que je vous ai influencé et on vous considérera comme un traître à votre patrie, je ne veux pas vous attirer de tels ennuis...

En disant cela, elle avait pris sa main valide et l'avait posée sur sa taille, pour faire en sorte que les doigts du Flieger effleurent les contours de son révolver caché sous sa blouse.
Jochen ne pu se résoudre à y croire. Elle était une résistante. Non... pas elle... pas maintenant... ni jamais... Il n'avait pas reçu d'ordres en ce sens mais se doutait que tôt ou tard, il devrait mener des reconnaissances pour trouver les résistants, les français qui refusaient la défaite. Et elle en faisait partie. Jochen avait fait le coup de feu en Norvège contre des résistant, il en avait tué pas mal, arrêté nombre d'autres, non sans se demander si la meilleure chose pour eux aurait été de les tuer plutôt que de les livrer à un destin encore moins enviable entre les mains de la Gestapo ou du SD... Mais jamais il ne pourrait se résoudre à faire ce genre de reconnaissances en sachant que les informations recueillies pourraient coûter la vie à sa belle... Il posa franchement sa main sur le revolver et regarda la française droit dans les yeux. Pour lui, son devoir était clair, il croyait trop en ses sentiments pour laisser un simple bout de métal s'interposer.

- Je me moque de la nature de vos engagements. Et je doute de toute façon je doute qu'ils puissent me nuire autant que mon désengagement des SS et ma désapprobation générale de la politique des chefs de l'état qui m'en coûterons tôt ou tard, et ce n'est pas ma Ritterkreuz qui me sauvera... par contre qu'ils risquent de vous nuire à vous me laisse moins indifférent...


Il posa un baiser sur le front de la française, ne sachant si elle voudrait d'un autre baiser.

- Au fait, je ne sais même pas comment vous vous appelez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyVen 5 Mar - 0:33

L'aimer ? Il était encore trop tôt pour le savoir. Certes, il ne la laissait pas indifférente, mais Louise était complquée en amour... et il était allemand avant tout. Elle l'avait blessé en retirant sa main de son visage, elle le savait, mais bien que ce fut involontaire, elle n'avait pas d'autres moyens pour se protéger de l'amour. Pourtant, il avait posé la main sur son arme qu'elle cachait sur elle. Il aurait put la retirer brusquement, effrayé par la sombre personnalité de la jeune femme. Il aurait put... Il ne s'en tint pas là, il lui demanda son nom. Elle ne répondit pas et alla se poster à une fenêtre, dos à lui. Elle ne voulait pas qu'il la voie trembler. Elle connaissait trop bien les méthodes de la Gestapo:si vous ne parlez pas, il torturent devant vous un être cher pour que vous parliez. Les résistants n'ont que faire de leur propre douleur, mais celle de l'être aimé... C'est comme ça qu'elle avait échappé à la Gestapo l'an passé, son frère n'avait pas voulut parler, alors ils l'ont amenée elle. Quelques jours plus tard, il se suicidait, et elle perdait l'enfant qu'elle portait, rouée de coups. Ne pas aimer, c'était plus simple...

-Il vaudrait mieux pour vous que vous ignoriez mon nom...

Sa voix s'était brisée, troublée par le souvenir de son plus jeune frère. Pas de sentiments, et tout irait pour le mieux. Pas d'entourage qui pourrait souffrir de son combat à elle. Il l'avait embrassée sur le front, signe qu'il la respectait. Beaucoup auraient abusé du pouvoir que leur conférait leur grade pour l'embrasser de force, ou pire. Mais lui, il était différent.
Ne pas aimer, c'était ne faire de mal à personne. Surtout en temps de guerre. Elle ne pourrait pas se pardonner le fait qu'un autre meurt pour sauver sa vie. La sienne ne valait plus rien désormais, elle pouvait la risquer pour la patrie.
Avait-t-il remarqué la plaque qui ornait son bureau ? Son nom était écrit dessus.
Elle, elle l'avait oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyDim 21 Mar - 2:40

Les envies du Flieger se bousculaient dans sa tête, il voulait la prendre dans ses bras, la serrer contre lui, s'enfuir d'ici avec elle, aller dans un pays que la guerre n'aurait pas atteint... Un mouvement le fit revenir à la réalité, la belle française venait de se lever et était allée se placer devant la fenêtre, lui tournant le dos. Ce faisant elle fit tomber le regard du Flieger sur une plaque posée sur le bureau. Il put y lire "Louise Desfontaine"...

*Louise? Quel beau prénom...*

La française, toujours le dos tourné, tremblait légèrement. Le froid? La température était pourtant clémente... La peur?

-Il vaudrait mieux pour vous que vous ignoriez mon nom...

La voix de la française tremblait aussi, elle se brisait. Jochen se leva et alla voir ce qu'il se passait. Il la prit par les épaules, malgré les protestations aiguës de sa main droite, et la pressa légèrement contre lui. Ce faisant il put respirer le parfum de ses cheveux, un subtil parfum de lavande, sa plante préférée.

- Que ce passe-t-il Louise? Est-ce moi qui vous fait peur? Est-ce le fait qu'être avec vous me ferait courir des risques qui vous effraie?


Il attendit un bref instant, "sa" française contre lui avant de reprendre.

- Si tel est le cas, je vous rappelle que je suis soldat, je suis payé pour courir des risques, pour être prêt à payer de ma vie certaines décisions...

Et la sienne était prise... oui, il préférait mourir pour elle, pour la sauver, plutôt que mourir pour un pays dont il détestait les chefs... même s'il l'aimait quand même, son pays...

- Et je suis près à mourir pour vous protéger Louise, que vous le vouliez où non, que vous m'aimiez ou non...

Il la pressa un peu plus fort contre lui, appréciant ce contact qu'il serait obligé de rompre tôt ou tard, ne serai-ce que parce que cela l'indisposait ou parce qu'il devrait se faire soigner.. . Dieux que son parfum était enivrant... Il déposa un baiser sur les cheveux de la jolie française, redoutant toujours sa réaction vis-à-vis de cette tendresse subite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyVen 26 Mar - 19:15

Le fait qu'il prononce son prénom la fit se retourner.

-Comment savez-vous...

Mais elle s'interrompit lorsque ses yeux se posèrent là où s'étaient posés ceux du Flieger. Elle se détourna pour revenir face à la fenêtre, elle ne voulait pas qu'il voie son visage blêmir.Elle le sentit derrière elle, ses mains sur ses épaules. Ses deux mains qui ne semblaient plus vouloir la lâcher, mais l'une d'entre elles étaient blessée. Elle se retourna en saisissant sa main.

-Arrêtez, vous vous faîtes mal...

L'intonation de sa voix était remplie de tendresse, qu'elle le veuille ou non.C'était avant tout son patient.

-Vous savez, je risque ma vie jour après jour. Savoir qu'on risque d'être fusillée à tout moment, c'est ça, la peur. Et on vit avec quoi qu'il advienne parce que nous autres, les résistants, nous avons choisit la dissidence plutôt que la soumission. Mais la dissidence a un prix. En ce moment, ce n'est pas de la peur que je ressens... Nous ne savons pas qui est l'autre. Vous êtes peut-être l'officier chargé de me faire parler pour la Gestapo au même titre que moi je pourrais être la résistante chargée de vous abattre. Il se peut aussi que nous ne soyons ni l'un ni l'autre, mais avec cette foutue guerre, il ne faut jamais relacher son attention, ni accorder sa confiance trop facilement.

Elle s'interrompit un instant, sans voir qu'elle caressait sans s'en appercevoir la main du jeune homme.

-Et puis, aimer quelqu'un, c'est risquer sa vie quand on est comme moi... Mon frère ne voulant pas parler, la Gestapo m'a fait arrêter et torturer sous ses yeux. Ils lui ont dit "Si vous êtes indifférent à votre propre douleur, voyons ce que vous fait celle des autres..." On s'était juré de ne rien dire, quoi qu'il arrive. Mais quand l'officier lui a dit que je ne tiendrai plus longtemps, il a tout avoué. Il s'est suicidé juste après. Et j'ai perdu mon enfant en même temps que lui. S'il avait eut une femme ou des enfants, ils s'en seraient pris à eux...

Elle réussit enfin à le regarder dans les yeux,mais quelques larmes brillaient. De la colère, sans doute.

-Je ne veux pas me retrouver à la place de mon frère, à choisir entre trahir la patrie ou laisser mourir quelqu'un que j'aime. Je sais ce que je choisirai, mais si je parle, je serai jugée et condamnée par les autres, peut-être abbatue pour que je n'en dise pas plus. Si mon frère n'avait pas été là, je me serai laissée mourir plutôt que de leur dévoiler quoi que ce soit. Mais j'étais leur ôtage, et même si je lui disais de ne pas me regarder et d'ignorer mes cris, il culpabilisait. Jusqu'au dernier moment je lui ai fait croire que je pouvais m'en sortir alors que j'agonisais, mais il ne pouvait pas supporter de les voir me rouer de coups. Il avait pourtant été conditionné pour ça. Ne pas aimer, c'est plus facile... C'est égoïste, mais je ne veux pas souffrir de cette manière. Je préfère encore être seule dans leur bureau et mourir sous leurs coups.

Elle ne sut jamais pourquoi lentement, ses mains se posèrent sur le visage du jeune homme et ses lèvres embrassèrent les siennes. Elle l'embrassa pourtant, avec une once de regret au fond du coeur.

-Pardonnez-moi...

Sa vois n'était devenue plus qu'un murmure, brisée par la douleur de son passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 5 Avr - 2:06

Le jeune Flieger serra des poings, toujours aussi sourd aux protestations de sa main droite. Il connaissait les méthodes d'interrogatoire de la Gestapo, non pas pour les avoir subies, non... mais bien pour avoir assisté à deux interrogatoires, alors qu'il venait prendre des nouvelles de prisonniers Norvégiens capturés par ses soins. Pour sa part il avait connu les affres d'un interrogatoire en Espagne, lors de la guerre civile, mais avait réussi à fausser compagnie à ses gardiens quelques heures plus tard, lors de son transfert.

Il tremblait à présent, non pas de peur, mais bien de fureur contenue. Il ne pouvait se résoudre à croire que les sbires de Himmler avaient osé porter la main sur une aussi belle et douce femme que Louise, sur SA Louise. Lui qui ne les avait jamais portés dans son cœur les haïssait à présent, ces fous des ordres noirs, ces âmes damnées du Troisième Reich. Et à cause d'eux, à cause de la menace permanente qu'ils faisaient planer sur les proches de tout le monde, même ceux des allemands, de leur peuple, il ne pouvait aimer et être aimé en retour. Ce baiser qu'elle venait de lui donner sonnait comme un adieu, tout comme le "je suis désolé" murmuré de façon presque inaudible, et il était absolument hors de question pour le jeune flieger de renoncer à Louise, de renoncer à ces yeux d'émeraude, ces cheveux d'un noir de geai, ce subtil parfum de lavande...

- Je suppose qu'il n'y a, hélas, aucun moyen de vous faire revenir sur votre décision...

Jochen respira profondément, captant le doux parfum de la jeune femme et en emplissant ses poumons. Il ferma les yeux, savourant chaque effluve, chaque touche, chaque subtilité du parfum de la jeune femme.

- Mais je vous comprends, Louise. Oui, je vous comprends peut être même mieux que vous ne l'imaginez.

Il rouvrit les yeux et les plongea dans ceux de la jeune femme.

- J'ai moi aussi été torturé.

Ses yeux toujours dans ceux de la belle française, il ne se laissa pas engloutir cette fois. Il espérait qu'elle le croirait, rare étaient ceux qui croyaient cette histoire avant d'en lire le résumé dans les archives militaires. Il baissa les yeux et, coupant court à la question qui allait sûrement venir, il reprit, d'une vois basse.

- J'ai été torturé en Espagne, pendant la guerre civile, il y a de cela trois ans. J'étais l'époque mitrailleur de tribord sur un Dragon, et notre équipage a été abattu par un dragon Républicain. Nous fûmes deux à nous en sortir, mais je dû abandonner mon camarade, trop grièvement blessé pour me suivre, et parti ainsi seul en quête de secours après avoir stabilisé son état. Une patrouille ennemie m'intercepta, me blessa et me tortura pour me soutirer des informations. Ils m'avaient tirés dessus et touché à l'épaule. Après avoir retiré la balle en prenant leur temps, ils me versèrent du gros sel dans la plaie, me firent de petites estafilades sur les bras, les jambes et le torse, et me versèrent de la chaux vive sur le corps... je n'ai même pas desserré les dents. Alors ils m'ont frappés, m'ont à nouveau ouvert quelques plaies et versé du sel ou de la chaux dessus, mais n'ont même pas obtenu de moi le moindre mot. Vous savez pourquoi? Parceque toutes mes pensées allaient à mon camarade blessé dehors, et au fait que j'étais son dernier recours. Même après plusieurs heures de tortures, je n'avait toujours pas parlé, si bien qu'on décida de mon transfert. Et c'est pendant ce transfert que je me suis évadé. J'ai marché de longues heures pour retrouver nos lignes, et dès que cela a été fait, une offensive a été lancée dès le lendemain, suivant les informations que j'avais transmises. J'ai participé à cette offensive et ai pu retrouver mon camarade encore vivant. Il est toujours vivant aujourd'hui, il sert en Norvège et nous nous écrivons souvent.

Il releva les yeux vers Louise, affichant un air déterminé, sans être dur, mais toujours avec une voix basse.

- J'essaie de vous dire plusieurs choses par mon exemple. Premièrement je ne crains pas la torture. Je ne suis pas insensible à la douleur, loin de là, mais je sais ne pas le montrer. Deuxièmement, il est important dans ces moment là de ne pas se laisser immerger par la solitude, on en souffre beaucoup plus que de la torture elle même... il faut se donner un but qui surpasse toutes les souffrances. Le mien, lors de ma mésaventure, était de ramener mon camarade sain et sauf. Troisièmement, et il est le plus important à mes yeux, jamais je ne renoncerais à vous Louise, même si cela ne fait que très peu de temps que nous nous connaissons, même si vous ne m'aimez pas...


Il se détourna de la jolie infirmière et regarda par la fenêtre. Un superbe panorama s'étalait devant ses yeux auxquels perlaient une ou deux larmes qu'il voulait cacher à la belle infirmière. Il ne voulait pas que leur histoire s'arrête avant d'avoir commencée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyJeu 8 Avr - 20:59

Pendant son récit, l'infirmière ne le lâcha pas des yeux. Ces méthodes de tortures ne lui étaient malheureusement pas inconnues.Nombreux furent ses compagnons qui en moururent ou qui en furent victimes. Elle, elle n'avait goûté qu'aux coups, aux noyades répétées dans une baignoire et diverses humiliations que des officiers avaient trouvé amusantes. Elle en portait encore les marques, comme le laissait entrevoir ses décolletés quand ses chemisiers étaient légèrement ouverts. Elle n'en avait encore jamais parlé à personne. Ce Flieger ne pouvait pas avoir inventé tout cela, c'était tout simplement impossible de s'imaginer ce qui se passait quand la Gestapo refermait ses portes sur un innocent. Ils étaient finalement semblables, tous les deux... Il avait cette dureté dans le regard qui dévoile un homme brisé par la vie, elle aussi avait été blessée. Etait-ce donc pour cela qu'elle se sentait associale et incapable d'aimer ? Sans doute, mais cet homme savait ce à quoi il s'engageait, il connaissait suffisament ce sujet. Il acceptait donc de s'enchaîner à elle...

-J'ai toujours peur de moi quand je constate que les tortures dont on me parle ne me sont pas inconnues... Je ne me sens plus humaine ni en pouvoir de donner de l'amour. C'est le mauvais côté de la nature humaine qu'ils nous montrent, ils nous dégoûtent peu à peu de l'Homme... Mais vous êtes la preuve vivante qu'un allemand peut encore ne pas haïr d'autres peuples.

Elle le vit se détourner d'elle, et curieusement, cela lui fit mal. Elle s'approcha alors derrière lui et l'entoura de ses bras, tendrement.

-Ce n'est pas vous que je rejette, croyez-moi. C'est de moi que j'ai peur.

Sa tête posée contre l'épaule de l'officier, elle sentit une larme couleur et se laisser aller sur son uniforme.

-Mais je ne les laisserai pas détruire ma vie et celle de celui qui la partagera. Si vous êtes cet homme, jurez-moi que vous ne finirez pas comme mon frère. Je ne veux pas qu'un autre homme se sacrifie en mon nom.

Il ne répondit pas tout de suite, alors elle resserra un peu plus son étreinte. Les sanglots brisaient à présent sa voix.

-Jure-le moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyDim 11 Avr - 0:20

Louise l'entoura de ses bras alors qu'il séchait les larmes qui avaient perlé. Jochen n'était pas un sentimental d'ordinaire, il ne pleurait quasiment jamais, du moins c'était suffisamment rare pour qu'il ai honte de ce genre d'épanchement. Mais cette brusque proximité, qu'il n'avait pas provoqué, le surpris. Il se figea, de peur de mal réagir et d'interrompre ce moment.

-Ce n'est pas vous que je rejette, croyez-moi. C'est de moi que j'ai peur.

Il posa sa main "saine" sur celle de la française. Lui aussi avait un peu peur de lui, de mal faire quelque chose, ou de dire quelque chose susceptible de ruiner ses espoirs et ceux de son aimée.

-Mais je ne les laisserai pas détruire ma vie et celle de celui qui la partagera. Si vous êtes cet homme, jurez-moi que vous ne finirez pas comme mon frère. Je ne veux pas qu'un autre homme se sacrifie en mon nom.

Il ne répondit pas tout de suite, complètement abasourdi par ce qu'il entendait. Après presque lui avoir dit "Adieu", elle le suppliait presque de ne pas se sacrifier pour elle. Elle resserra son étreinte, sans doute suite à l'absence de réponse à sa requête.

-Jure-le moi...

Elle pleurait, il entendait ses sanglots et sa voix était brisée. Jochen se trouvait face à un dilemme : il ne pouvait jurer de ne pas faire quelque chose qu'il ferait sans hésiter si la situation l'exigeait, mais il ne voulait pas non plus que son refus ne brise toutes ses chances de vivre avec Louise. Il était soldat, il avait été entrainer à accepter, à consentir à l'ultime sacrifice, et y consentir pour sauver l'être aimer était la chose la plus évidente pour le jeune allemand. Outre cet aspect, elle le tutoyait à présent. Elle devait vraiment tenir à cette condition... Jochen hésitait à lui mentir... mais elle s'en rendrait compte tôt ou tard, elle savait surement comment savoir si un homme lui mentait, et une relation saine n'admettait pas le mensonge.

- Je ne peux te jurer cela Louise, car ce serait te mentir...

Il se retourna doucement et la pris dans ses bras, en embrassant son front.

- Maintenant, à nous de faire en sorte qu'une telle situation ne se présente jamais, qu'en penses-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 13:00

Elle s'était attendue à ce qu'il le lui jure, à ce qu'il lui mente pour avoir son amour. Mais il refusa de lui faire cette promesse... C'était une preuve de transparence et de confiance qu'il lui offrait, il n'était pas prêt à lui mentir pour qu'elle soit à lui. Mais il lui proposait un dilemme qu'elle n'était pas prête d'accepter. Elle se dégagea de son étreinte.

-Non... On ne sera jamais en paix, je ne veux pas que ça recommence. A chaque instant, j'ai peur d'être découverte, j'ai peur que l'on vienne me chercher. Cet hôpital est rempli d'allemands, un seul mot à la Gestapo et ils m'enlèveront. Lorsque je marche dans les rue de St Paul, le moindre bruit de pas derrière moi me fait frémir. Un jour, ils m'attraperont, je le sais, mais je ne veux pas que ceux que j'aime soient dans les parages ce jour-là.

Elle s'arrêta un moment, et regarda toute la sincérité qui trônait dans ses yeux à lui. Cet amour semblait sincère, il savait ce qu'il risquait, mais tout cela lui faisait peur. Après un instant de réflexion, elle osa murmurer:

-Je ne veux pas qu'on nous voie ensemble,je veux que cela reste un secret. Si les autres officiers ou mes patients le savent, ils pourraient nous vendre tous les deux... Et moi, je suis loin d'être innocente à leurs yeux.

Elle savait que ce qu'elle lui demandait était difficile à admettre, mais elle ne voulait pas que ce cauchemar revienne la hanter à nouveau.

-Je ne veux pas devenir un fardeau ou un secret trop lourd à porter, alors... Si ce que je demande n'est pas admissible, il vaudrait mieux m'oublier...

Elle baissa la tête, par peur de croiser son regard et de se remettre à pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 13:32

Il s'y attendait un peu à vrai dire. Elle se dégagea de ses bras, Jochen regretta aussitôt ses paroles, son cœur se serra, mais il refusait de lui mentir.

-Non... On ne sera jamais en paix, je ne veux pas que ça recommence. A chaque instant, j'ai peur d'être découverte, j'ai peur que l'on vienne me chercher. Cet hôpital est rempli d'allemands, un seul mot à la Gestapo et ils m'enlèveront. Lorsque je marche dans les rue de St Paul, le moindre bruit de pas derrière moi me fait frémir. Un jour, ils m'attraperont, je le sais, mais je ne veux pas que ceux que j'aime soient dans les parages ce jour-là.

Il préféra garder pour lui ce qu'il fut tenté de répondre, que ce jour là il déserterait pour la faire sortir des geôles Gestapistes, qu'il s'enfuirait avec elle dans la clandestinité ou dans un pays neutre... Mais elle le lui aurait sûrement interdit...

-Je ne veux pas qu'on nous voie ensemble,je veux que cela reste un secret. Si les autres officiers ou mes patients le savent, ils pourraient nous vendre tous les deux... Et moi, je suis loin d'être innocente à leurs yeux.

La voir en secret... Jochen n'aimait pas trop ça, s'il était heureux d'aimer et de l'être en retour il n'avait pas à le cacher. Mais s'il s'agissait du seul moyen de vivre avec elle pour le moment, il y consentirait, jusqu'à ce qu'il puisse l'afficher au grand jour.

-Je ne veux pas devenir un fardeau ou un secret trop lourd à porter, alors... Si ce que je demande n'est pas admissible, il vaudrait mieux m'oublier...
-Vous oublier Louise? Plutôt mourir... si la clandestinité est la seule façon de vivre à vos côtés, alors j'y consent... Mais comment faire pour se voir, comment faire pour sortir ensemble?

Il acceptait la clandestinité, mais refusait catégoriquement de ne pas voir Louise, de ne pas la tenir dans ses bras, de ne pas l'embrasser. Il avait envie de se promener avec elle, d'apprendre à connaître son pays par son biais, il avait envie de voler avec elle sur Eva...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 19:45

La jeune infirmière fut soulagée de voir qu'il conscentait à quelques sacrifices mais ce n'était pas par gaité de coeur, elle le voyait bien. Vivre dans la clandestinité ne semblait pas l'attirer plus que cela, mais c'était le prix à payer quand on était comme elle. Elle vivait avec et c'était devenu une habitude, bien que cela lui volait ses nuits. Il fallut alors le rassurer.

-Pour le moment, cette main cassée nécessite des soins, vous pourrez venir quand vous le voudrez. Quand elle sera guérie, nous trouverons autre chose, je connais certains endroits où se réfugient les gens comme moi pour avoir la paix et faire tranquillement ce qui est illégal. Et puis, vous pourrez toujours venir chez moi...

Ces lieux secrets, c'était un peu partout qu'on en trouvait, loin des rafles et des descentes. Des résistants venaient pour mettre à jour leurs plans, certains revendeurs venaient y céder leurs armes pour quelques pièces, d'autres venaient tout simplement y fumer un peu d'opium. Ce n'était pas un lieu de débauche, seulement un lieu d'illégalité, mais elle aimait ça, vivre dangereusement. Et ce Flieger semblait lui aussi partager cet amour du risque.

-Je vous emmènerai dans ces cachettes si vous le voulez, mais il faut les tenir secrets. J'ai donné ma parole, il faudra me donner la votre aussi, car cette fois, ce n'est pas ma vie que j'engage, c'est celle de mes compagnons.

Elle avait reculé lentement vers la porte et l'avait fermé à clé. Elle voulait que ce qui se passerait dès cet instant reste confidentiel. Personne ne devait savoir. Elle resta adossée à la porte en le regardant.

-Encore une fois, je sais que je suis exigeante et que je pourrais paraître insuportable, mais... je n'ai pas la choix avec la vie que je mène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 21:52

Avec tout ces évènements, Jochen avait fini par oublier sa main. Lorsque Louise l'évoqua, il ne pu s'empêcher de l'amener à ses yeux. Le sang avait commencé à coaguler et la douleur recommença à se faire sentir, l'aspect général de la main n'était guère beau à voir, les pelures de peau laissaient apparaître les pans de chair rose-rouge, et la sensation de brûlure se rappela au bon souvenir du jeune Flieger. Il eut un léger sourire. Il n'aurait jamais pensé devoir un jour autant à un geste d'humeur. Et pour après la guérison, la belle infirmière avait apparemment de la ressource du côté des endroits pour se voir clandestinement, son logis était du nombre visiblement. Le jeune allemand ne pu s'empêcher de penser à ce que pourraient dire les camarades de sa belle lorsqu'ils apprendraient qu'elle sortait avec un de leurs ennemis. Il devrait surement défendre son histoire avec la belle française, peut être avec ses poings qui sait?

-Je vous emmènerai dans ces cachettes si vous le voulez, mais il faut les tenir secrets. J'ai donné ma parole, il faudra me donner la votre aussi, car cette fois, ce n'est pas ma vie que j'engage, c'est celle de mes compagnons.
- Vous l'avez d'ores et déjà, Louise. Mais pour le moment votre logis devrait suffire, ainsi vous ne prendrez pas trop de risque...

Il était trop heureux à présent pour penser aux problèmes liés à leur relation. Il voyait la jeune femme reculer petit à petit vers la porte de l'infirmerie. Lorsqu'elle y fut, elle ferma la porte à clé et resta adossée à la porte en le regardant.

-Encore une fois, je sais que je suis exigeante et que je pourrais paraître insupportable, mais... je n'ai pas la choix avec la vie que je mène.

Jochen souris encore une fois. Elle insupportable? Non, elle était juste engagée et elle y croyait. Jochen aussi avait été engagé, mais il avait vite prit conscience qu'il ne se battait pas pour une bonne raison... Le 3è Reich n'était pas ce que le pouvoir se plaisir à faire croire. Jochen lui se battait pour l'Allemagne, et l'Allemagne n'était pas ce monstre qu'elle était devenue avec les nazis.

- A vie peu ordinaire, conditions peu ordinaires... mais peut m'importe, du moment que je suis avec toi, Louise...

Il s'était rapproché d'elle en disant cela, la prenant dans ses bras et déposant un autre baiser sur son front. Peut être que leur histoire se passerait sans encombre, non perturbée par la guerre qui faisait rage. jochen l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Française
Louise Desfontaine

Messages RP : 75
Messages : 81
Âge du personnage : 30

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 22:30

Il fallait espérer que cette foutue guerre se finisse au plus vite, elle en avait assez d'avoir à craindre les uniformes et subir l'humiliation nazie. Elle croyait aux jours meilleurs et à la possibilité de vivre heureuse, surtout dans les bras du Flieger. Elle caressa doucement son visage et se laissa embrasser. Elle s'oublia un moment dans le parfum de son officier. Soudain, des coups retentirent contre la porte qu'elle venait de fermer.

-Louise, je peux entrer ?

Elle reconnu la voix d'une de ses collègue, sûrement venait-elle pour le plâtre qu'elle avait demandé. Avec un sourire, elle embrassa une dernière fois Jochen.

-Va t'assoire sur la chaise face à mon bureau...

Pendant qu'il s'exécutait, elle tourna doucement la clé dans la serrure pour qu'elle produise le moins de bruit possible. Elle ne voulait pas que l'on sache qu'elle s'était enfermée avec un allemand dans son bureau...

-J'arrive, lança-t-elle à l'adresse de sa collègue.

Quand elle ouvrit la porte, une infirmière apparut dans l'encadrement, un peu plus âgée que Louise.

-Je viens pour la main cassée, dit-elle en guise d'explications. Je suis prête, monsieur peut me rejoindre dans la salle d'à côté dans quelques minutes.

-Merci, je dois finir de remplir un formulaire et je te le laisse, répondit Louise.

Sa collègue partie, elle se hâta d'apposer sa signature sur ledit formulaire, puis elle s'approcha de son soldat et le lui tendit. Elle se pencha alors sur lui et caressa son visage.

-Rejoins-moi demain soir au Marais... Je saurais te trouver. Tu verras, je t'emmènerai dans un endroit tranquille ou personne n'aura besoin de savoir qui nous sommes.

Elle l'embrassa tendrement, puis se redressa.

-Sauve-toi, maintenant, elle t'attends.

Elle le regarda se diriger vers la sortie avec un sourire illuminant son visage. Personne ne s'était douté de rien, et personne ne le saurait jamais...



[fin de topic pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allemand
Jochen von Waldenstein

Messages RP : 115
Messages : 252
Âge du personnage : 25 ans

Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 EmptyLun 12 Avr - 22:59

Pour la deuxième fois aujourd'hui, le C96 du jeune Flieger lui manqua. Alors qu'il embrassait Louise, quelqu'un frappa à la porte contre laquelle ils se tenaient. Qui qu'elle soit cette personne avait beaucoup de chance qu'il sot de bonne humeur, dans le cas contraire, il aurait pu être très désagréable.

-Louise, je peux entrer ?

*Scheisse !! Ce n'est pas une erreur en plus !! *

Louise l'embrassa avant de lui enjoindre d'aller s'asseoir sur la chaise devant le bureau. Il se dirigea vers la chaise, le cœur battant la chamade. Il avait l'impression de flotter alors qu'il marchait. La chaise émit un léger grincement lorsque Jochen s'assit dessus. Lorsqu'il se retourna Louise avait ouvert la porte devant une autre infirmière. Aucun son, aucun cliquetis n'avait trahis le fait que la porte avait été fermée à clé... jochen observa le dialogue qui suivi.

-Je viens pour la main cassée. Je suis prête, monsieur peut me rejoindre dans la salle d'à côté dans quelques minutes.
-Merci, je dois finir de remplir un formulaire et je te le laisse.


Ainsi c'était cette femme qui allait le plâtrer? Ne plus voler allait être dur à avaler pour Eva, la dragonne trouvait déjà qu'ils ne passaient pas assez de temps ensemble, avec l'arrivée de Louise dans la vie de Jochen, elle allait mourir de jalousie, il sourit à cette pensée. Louise revint, signa un papier et le lui tendit en lui caressant le visage. Jochen saisit délicatement cette main et l'embrassa.

-Rejoins-moi demain soir au Marais... Je saurais te trouver. Tu verras, je t'emmènerai dans un endroit tranquille ou personne n'aura besoin de savoir qui nous sommes.
- J'y serais, je dois encore poser mes jours de permission, je les poserais là.

Il savoura le baiser qu'elle lui donna, et le lui rendit en se levant.

-Sauve-toi, maintenant, elle t'attends.
- A demain, ma Louise.

Il envoya un baiser à la belle française juste avant de sortir du bureau. Il se dirigea vers le bureau de la collègue de sa Louise, pour en ressortir une demi heure plus tard, dûment plâtré. Il hésita à retourner voir Louise, mais elle devait avoir du travail, et puis il avait un rendez vous d'elle... Il s'en alla donc de l'infirmerie, le cœur en joie...

[fin de topic pour moi aussi ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]   Est-ce que les infirmières sont gentilles ?  [mercredi 23 Avril] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que les infirmières sont gentilles ? [mercredi 23 Avril]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Die Adler :: Base aérienne de Sarnand :: Le château-